Science-Climat-Energie (SCE) a un an

SCE fête son premier anniversaire avec 70 articles, près de 300 commentaires publiés (questions et réponses) et plus de 260 000 visiteurs.

Ce succès, il le doit à ses lecteurs car nous pensons qu’ils y trouvent une analyse critique des thèmes qui ne cessent d’occuper le devant de la scène médiatique nous montrant une dérive climatique tous azimuts symboliquement illustrée par la marche des lycéens, cautionnée par le monde politique et hélas aussi scientifique.

Notre site ne veut pas attiser la polémique mais bien susciter le débat car notre ligne directrice est l’argumentation et la discussion constructive en dehors de tous propos haineux, injurieux ou fantaisistes. Pas besoin de faire une dessin sur ce genre de propos que nous nous appliquons à ‘filtrer’ pour éviter les dérives qui sont monnaie courante sur les réseaux sociaux, mais finalement seulement moins de 5 % des commentaires sont refusés. Les commentaires argumentés qui contestent notre analyse sont bien entendu aussi publiés et c’est ainsi l’occasion de développer un débat serein, de mise au point réciproque. Tout le monde y gagne en clarté et compréhension. Nous ne prétendons pas détenir la vérité mais nos compétences nous permettent de discuter des problèmes climatiques et souvent de fournir un autre point de vue que celui relayé dans les médias.

L’hystérie climatique, vous l’aurez remarqué est hors norme, elle a récemment atteint des sommets que personne n’avait imaginé il y a seulement quelques années, et le ‘politiquement correct’ est devenu la règle de base pour qui ne veut pas d’ennuis. Combien de lycéens, de politiques, parfois même de scientifiques ont-ils lu les rapports du GIEC ? Connaissent-ils seulement les concentrations actuelle et passées du CO2, la composition de l’atmosphère… ? On peut en douter.

 

 

SCE n’est lié à aucun parti politique, à aucun lobby, à aucune idéologie. SCE est libre et seulement mû par la compréhension d’un problème extrêmement complexe, le climat. SCE ne prétend pas détenir la vérité scientifique, mais essaie de comprendre les mécanismes à la base des variations climatiques et se heurte à ceux qui pensent les avoir compris, qui refusent le débat et qui imposent leurs théories. Les décisions qui en découlent peuvent  conduire à des choix de politique énergétique qui ont été analysés dans plusieurs articles car les problématiques du climat et de l’énergie sont étroitement liées.

Il faut se rendre compte que la climatologie est une science récente et d’une complexité inouïe. Il faudra des dizaines d’années pour la comprendre. Rappelons que la tectonique des plaques pressentie par Alfred Wegener a mis un peu plus de 50 ans pour être validée en 1968-1969. Là aussi il s’agissait d’un défi majeur, la dérive des continents qui a rapidement connu ses défenseurs et ses détracteurs. Là aussi des scientifiques compétents, principalement des géologues et des géophysiciens, se sont ‘cassé les dents’ pour comprendre. Il leur aura fallu un peu plus de 50 ans pour y arriver, mais la grande différence par rapport à aujourd’hui avec la climatologie est que la dérive des continents n’occupait pas constamment la Une des journaux, qu’internet n’existait pas et les crédits ne coulaient pas à flot. Bref rien à voir avec la situation actuelle où idéologie et science sont fortement mêlées, même les politiques de l’époque n’étaient pas intéressés par la tectonique des plaques alors qu’aujourd’hui ils sont obnibulés par le CO2.

Pour en revenir au début de cette lettre, c’est donc grâce aux lecteurs, aux auteurs et aux commentaires que SCE fête avec succès son premier anniversaire. Poursuivons tous ensemble en diffusant nos arguments en dehors de toute pression et propageons cet espace de liberté scientifique.

Nb Inscrivez-vous à notre newsletter pour être tenu informé des parutions.

 

(Visited 379 times, 1 visits today)

4 réflexions au sujet de « Science-Climat-Energie (SCE) a un an »

  1. Nous reprenons les données d’UAH qui sont bien suivies par la communauté internationale et débutent en 1979 (et non en 1997 comme indiqué dans votre message).

    L’ explication détaillée se trouve sur le site mentionné dans notre actualisation
    http://www.science-climat-energie.be/2019/04/08/temperature-moyenne-globale-pour-mars-2019/

    http://www.drroyspencer.com/latest-global-temperatures/

    =
    Latest Global Average Tropospheric Temperatures
    “Since 1979, NOAA satellites have been carrying instruments which measure the natural microwave thermal emissions from oxygen in the atmosphere. The intensity of the signals these microwave radiometers measure at different microwave frequencies is directly proportional to the temperature of different, deep layers of the atmosphere. Every month, John Christy and I update global temperature datasets that represent the piecing together of the temperature data from a total of fifteen instruments flying on different satellites over the years. A discussion of the latest version (6.0) of the dataset is located here.”

    Nb à nouveau SCE attire l’attention sur la signification ou pertinence d’une température moyenne globale qui nous écrivons à chaque fois entre guillemets dans la rubrique concernée.

    1. Merci.
      Je faisais référence au graphe de température directement visible sur la page d’accueil , intitulé « les 4 principales séries de température entre 1997 et aujourd’hui  ».

Répondre à fritz Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *