In memoriam Fred Singer

September 27, 1924-April 6, 2020

Version française, en bas de page

Fred was very special, as kind as he was brilliant. 

Having earned a PhD in Physics from Princeton University, Fred had an encyclopedic acknowledge of people, facts, institutions, and science. Before his academic career at University of Maryland, then Miami and Virginia, Fred worked with Marines to develop mines during war WWII. Later, he was with the US Embassy in London to develop Research Programs in Europe. He took top positions at EPA and the US Ministry of Transport, advised many energy and climate related Commissions for the Government, the Senate and the House of Representatives. He has been one of the pioneers at NASA for developing satellite observation of the Earth and its Climate. 

Since 1990, Fred was the president of SEPP (Science & Environmental Policy Project), a leading climato-realist think tank and became in 2019 its honorary President. Fred is the author or editor of several books, published more than 200 peer review papers, attended many major conferences on climate change where his talent as a passionate and convincing speaker and debater has always been praised.  He was also a regular columnist for The American Thinker and major mainstream US media, denouncing the  UN’s corruption of climate science. What a fighter!

 I had the privilege to meet Fred in 2012, and since then we remained in regular contact. As a member of the Board of SEII (the European Society for Engineers and Industrialists), I was running at that time a think tank on critical thinking. It was the time of the Climategate scandal involving Michael “Hockey Stick” Mann. We decided at SEII to focus on climate science, and to cross check the IPCC story overflowing the mainstream media. Thanks to Lars Mirren and his wife Ann, we came in contact with Fred and invited him to give a talk at the University Foundation in Brussels. One of the IPCC Vice-presidents at that time, the Belgian J.P. van Ypersele, who is also incidentally the nephew of the chief of staff of the (previous) King of Belgium (which explains his local lobbying power), forced a veto from SEII and from the University Foundation (of which the president was also the president of WWF Belgium) that was supposed to host our meeting.

This had a quadruple consequence. 1- I resigned from the Board of SEII, because of an unacceptable breach to the Freedom of Speech (a decision which received a large echo on the web, at that time). 2- I became a climato-realist, focusing on the flaws in IPCC models and the way they handle data mining and consolidation. 3- With the help of Claes Johnson , who was another speaker we invited for this meeting, and the logistic support of Lars Myren and his wife Ann, we held a “private meeting” that has been podcasted, and seen by thousands of people. 4- the just created informal climato-realist group published, under the direction of the late Istvan Marko, “15 vérités qui dérangent” (Texquis, 2013), sold at thousands of exemplars.  

Thank you, Fred, for having opened my eyes and injecting me the fighting spirit that characterized you. 

“Definitively, we are winning with fighters that follow you.  The climate liars have no chance” (M. Moreno)

My condolences to Fred’s family and all my respects go to a highly regarded and respected Man of Science and a life well lived. 

You will be sorely missed Fred!

Rest in peace Fred.

Henri Masson
Vice-President of Clintel

Some tributes to Fred Singer live and work

https://en.wikipedia.org/wiki/Fred_Singer

https://www.climatedepot.com/?s=fred+singer

https://www.acsh.org/news/2020/04/09/memoriam-dr-s-fred-singer-14705

https://www.heartland.org/news-opinion/news/s-fred-singer-in-memoriam-a-life-well-lived-in-pursuit-of-truth

A la mémoire de Fred Singer (27 septembre 1924 – 6 avril 2020)

Fred était très particuleir, aussi gentil que brillant. 

Ayant obtenu un doctorat en physique à l’université de Princeton, Fred avait une connaissance encyclopédique des personnes, des faits, des institutions et de la science. Avant sa carrière universitaire à l’université du Maryland, puis à Miami et en Virginie, Fred a travaillé avec les Marines pour développer des mines pendant la Seconde Guerre mondiale. Plus tard, il a travaillé à l’ambassade des États-Unis à Londres pour développer des programmes de recherche en Europe. Il a occupé des postes de haut niveau à l’EPA et au ministère américain des transports, a conseillé de nombreuses commissions liées à l’énergie et au climat pour le gouvernement, le Sénat et la Chambre des Représentants. Il a été l’un des pionniers à la NASA pour le développement de l’observation par satellite de la Terre et de son climat. 

Depuis 1990, Fred a été le président du SEPP (Science & Environmental Policy Project), un groupe de réflexion climato-réaliste de premier plan et en est devenu le président d’honneur en 2019. Fred est l’auteur ou l’éditeur de plusieurs livres, a publié plus de 200 articles dans des revues à comité de lecture, a participé à de nombreuses conférences majeures sur le changement climatique où son talent d’orateur et de débatteur passionné et convaincant a toujours été loué.  Il a également été un chroniqueur régulier pour The American Thinker et les principaux médias américains, dénonçant la corruption des Nations Unies dans le domaine de la science du climat. Quel combattant !

 J’ai eu le privilège de rencontrer Fred en 2012, et depuis lors, nous sommes restés en contact régulier. En tant que membre du conseil d’administration de la SEII (Société européenne des ingénieurs et des industriels), je dirigeais à l’époque un groupe de réflexion sur la pensée critique. C’était à l’époque du scandale du Climategate impliquant la fameuse courbe en’ forme de hockey’ de Michael Mann. Nous avons décidé à la SEII de nous concentrer sur la science du climat, et de recouper l’histoire du GIEC qui était omni-présent dans les grands médias. Grâce à Lars Mirren et à sa femme Ann, nous avons pris contact avec Fred et l’avons invité à donner une conférence à la Fondation Universitaire de Bruxelles. L’un des vice-présidents du GIEC à l’époque, le belge J.P. van Ypersele, qui est d’ailleurs aussi le neveu du chef de cabinet du (précédent) roi de Belgique (ce qui explique son pouvoir de lobbying local), a forcé le veto de la SEII et de la Fondation Universitaire (dont le président était aussi le président du WWF Belgique) qui était censée accueillir notre réunion.

Cela a eu une quadruple conséquence : 1- J’ai démissionné du conseil d’administration de la SEII, en raison d’une atteinte inacceptable à la liberté d’expression (une décision qui a reçu un large écho sur le web, à l’époque). 2- Je suis devenu un climato-réaliste, en me concentrant sur les défauts des modèles du GIEC et sur la façon dont ils gèrent l’extraction et la consolidation des données. 3- Avec l’aide de Claes Johnsson, qui était un autre intervenant invité à cette réunion, et le soutien logistique de Lars Mirren et de sa femme Ann, nous avons tenu une “réunion privée” qui a été podcastée et vue par des milliers de personnes. 4- le groupe informel climato-réaliste qui venait d’être créé a publié, sous la direction du regretté Istvan Marko, “15 vérités qui dérangent” (Texquis, 2013), vendu à des milliers d’exemplaires.  

Merci, Fred, de m’avoir ouvert les yeux et de m’avoir insufflé l’esprit combatif qui vous caractérisait. En définitive, nous gagnons avec les combattants qui vous suivent.  Les menteurs du climat n’ont aucune chance,

Nos condoléances à la famille de Fred et mes condoléances au monde de la science. Vous en avez perdu un grand. 

Repose en paix Fred, tu l’as mérité. 

Bravo à un homme de science très respecté et à une vie bien remplie. Tu vas nous manquer, Fred.

Henri Masson
Vice-président de Clintel

Quelques contributions de Fred Singer sur sa vie et son travail

https://en.wikipedia.org/wiki/Fred_Singer

https://www.climatedepot.com/?s=fred+singer

https://www.acsh.org/news/2020/04/09/memoriam-dr-s-fred-singer-14705

https://www.heartland.org/news-opinion/news/s-fred-singer-in-memoriam-a-life-well-lived-in-pursuit-of-truth