INFO-SCE: 5% d’augmentation de production d’électricité en Chine : cela fait quoi?

English version

Selon le dernier rapport de l’IEA, la consommation d’énergie mondiale a augmenté de 2,3% en 2018 ce qui représente la plus forte augmentation des dix dernières années. Le gaz naturel fut le plus consommé et représente 45% de l’augmentation de la consommation totale d’énergie.

Suite à cette augmentation de consommation d’énergie les émissions de CO2 se sont accrues de 1,7% pour atteindre 33,1 Gt en 2018. Près d’un tiers de ces émissions provient des centrales de charbon, surtout celles de la Chine.

Il faut noter que les émissions de CO2 en Chine ont augmenté de 2,5%, ou 230 Mt, pour atteindre 9,5 Gt. Un bond de plus de 5% de la production d’électricité à partir de centrales au charbon a ainsi entraîné une augmentation des émissions, ce qui a plus que compensé l’impact de la baisse de l’utilisation du charbon en dehors du secteur de l’énergie.

Pour comparer… la Belgique a émis entre 87 et 103 Mt de CO2 par an entre 2010 et 2015 (millions de tonnes; chiffres de l’OECD).

DONC…l’augmentation des émissions en Chine dues au charbon en 2018 représente plus du double de toutes les émissions de CO2 de la Belgique pour la même année.

(Visited 441 times, 1 visits today)

3 réflexions au sujet de « INFO-SCE: 5% d’augmentation de production d’électricité en Chine : cela fait quoi? »

  1. Tombant ce dernier W-E sur un article 2003 du site J-M Jancovici (*) notable Ecolo-GIECien, chez qui le taux CO2 occasionne des réactions allergiques, mais qui admet nécessairement l’utilité du nucléaire civil, je reste étonné par la prose subtile y utilisée alors. Aucun correctif au fil des ans ? Non, question de normalité ! La théologie Vert-onusien constitue une des vérités immanentes pour jouer au Nostradamus entre 2050 et fin XXIe..
    Immanence ? ce combat de tous temps entre écoles de philosophes, repris sans aucune rigueur par divers cafés-filo de nos students imprégnés de convictions précoces. Adeptes eux des défilés avec banderoles arc-en-ciel puissamment médiatisées. Beati pauperes spiritu …

    Réfléchissons. De pertinentes mises en garde nous viennent pourtant de sages mathématiciens (non climatologues) quant aux « conception des modèles et l’interprétation  de leurs résultats » ! D’autant quand leurs échantillons de données sont sujets à doutes, variabilité et/ou erreurs. D’autant lorsqu’on a ici à traiter des phénomènes non-linéaires, avec parfois des « conditions initiales » fort influentes sur lesdits résultats puis des déductions idéologisées qui en seraient publiées !

    Pas découragés par nos sages matheux, une cohorte de prédicateurs 2100 opère sur base « des modèles réchauffistes », elle sème à tous vents. Ainsi, par un effet dérogatoire (?), un autre site généralement sérieux (AFIS France) verse dans une spéculation (**). Là le climato-GIECien F-M Bréon y use d’un artefact suggérant de passer à la trappe les dires des Allègre-Courtillot-Gervais pour se livrer à vulgariser les dires GIEC AR2013 avec graphiques temps-courts à la clé.

    (*) https://jancovici.com/changement-climatique/agir-collectivement/quels-sont-les-niveaux-de-reduction-souhaitables/
    (**) Le climato-dénialisme n’est pas mort (fév. 2019) https://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article3140

    Conclusion ? Vilaine espèce humaine, battez-vous la coulpe, revivez dans la frugalité ! Ralliez-vous au « consensus » et au spectre ONUsien, cet unique détenteur de ladite Vérité ! Cessez de respirer, le taux 380 ppm du CO2 vous en saura gré…
    Oubliez les pièges-puits à CO2, nos adeptes verts vous démontreront que leur efficacité est devenue négligeable. Concentrez-vous plutôt sur l’anthropologie et nos malédictions climatiques ?

  2. Sur la chine et le charbon …
    Dans les années 90 95 Bayer cherchait à accroître la production des terres chinoises par diverses méthodes dont et entre autres, le passage du riz au blé par exemple. On sait en effet que le problème économique essentiel de la chine est l’impossibilité d’une autosuffisance alimentaire et ceci en raison d’un déficit de ses terres en carbone. Si l’on regarde les sites d’implantation des éoliennes chinoises et autres sources d’énergies alternatives, et que l’on soupçonne que leur réseau électrique serait finançable par les accords Cop 21/24, on ne peut s’empêcher de penser que la stratégie d’évitement des ENR par des centrales au charbon sur les mêmes sites, aurait comme conséquence une croissance du carbone sur les terres dites sous le vent avec des gains de production végétale et agricole induits de prés de 9%. Voila qui parait être une bonne opération : se faire financer l’éolien et le solaire et leur réseau électrique et le doubler ensuite par des centrales charbon en recarbonatant les terres. Du coup on comprend l’intérêt tout neuf de nos amis africains pour la stratégie énergétique chinoise, pour son éolien et son charbon.
    Sur Jancovici…
    Excellent orateur qui mène son auditoire sur un chemin non dépourvu d’intérêts. Néanmoins au fil des conférences, il reste persuadé que le tableau périodique ne comporte pas plus de 95 atomes, il est vrai que le 118 ième a été découvert il y a peu mais qu’en même ! J’espère que ses autres données ont été vérifiées avec un peu plus de sérieux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *