Composition de l’atmosphère

Par Paul Berth [1]. 17 mars 2018.

Si on considère de l’air sec, l’atmosphère terrestre est composée de trois gaz principaux : le diazote N2 (78,08% en volume), l’oxygène O2 (20.95%) et l’argon Ar (0.93%). Les autres gaz sont tellement rares qu’on ne les voit pas sur la figure ci-dessous. Le dioxyde de carbone (CO2) ne représente que 0.04% du total (408 ppm en mars 2018). Viennent ensuite le néon (Ne) avec 0.0018%, l’hélium (He) avec 0.00052% et le méthane (CH4) ne représentant que 0.00018%.

L’atmosphère comporte aussi de la vapeur d’eau (H2O) mais les quantités sont ici très variables : de 0.001% à 5%.

[1] Prof. Dr. Paul Berth est professeur d’université, dans le domaine de la biologie.

2 réflexions au sujet de « Composition de l’atmosphère »

  1. Bonjour,

    L’humanité se chicane sur le CO2 et les autres GES et leurs présupposés rôle dans le climat de notre planète et ici, le prof. Dr. Paul Berth ne considère même pas la présence du CO2 et des autres GES dans l’atmosphère ou les climats terrestres. Même si fort peu nombreux, on ne peut quand même pas nier l’importance du CO2 dans notre atmosphère! … et dans le clivage actuel eu égard au réchauffement de la planète, aux changements climatiques et aux “bouleversements” climatiques! Utilisez le nom que vous souhaitez.

    Je suis un éco-réaliste-pragmatique, et les limites de ce texte ne m’aide pas du tout dans la défense des anti-GIEC…

    Comment expliquez-vous une telle publication, alors que notre devoir de scientifique est de chercher la réalité, la vérité scientifique?

    J’apprécierais une explication… Je vous remercie beaucoup.

    Denis Gaumond
    Montréal

  2. La teneur de CO2 est mentionnée dans le texte mais n’apparaît pas dans le diagramme ‘camembert’ eu égard à sa très faible concentration par rapport aux autres constituants. Le rôle du CO2 a été maintes fois analysé et discuté dans SCE et nous pouvons vous renvoyer, par exemple, à http://www.science-climat-energie.be/2019/02/14/le-rechauffement-climatique-dorigine-anthropique/
    pour une analyse détaillée. Il n’est – et n’a jamais été- question d’occulter quelque ‘vérité’ scientifique qui soit. Où en serait d’ailleurs l’intérêt ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *