L’idolâtrie naturaliste, liens avec la pseudoscience, risques

par Emmanuel Simon, quelque part dans une UE qui tend à chavirer,
4 juin 2021

Cet article souligne des dilemmes auxquels sont confrontés nombre de chercheurs et d’entreprises, en bute à l’adversité tenace d’une certaine communauté internationale. Cette adversité consiste en des actes hypocrites, menés sous influence d’idéologues patentés et/ou de politiciens acquis, gens aux intérêts opaques. Il peut parfois s’agir d’entraves résultant d’une concurrence exacerbée entre des organismes de la société. Le climat, les choix énergétiques, ceux de la santé publique, voire de l’enseignement… en sont des champs favoris où on observe l’exercice de ces entraves et de contradictions à peine dissimulées !
Question de fond : QUI de la science ou d’idéologies gouverne notre avenir ? [1] 

1/ Avant-propos 
2/ Pressions des milieux et le conformisme des pensées
3/ Les signes d’une exploitation éhontée de la pensée
4/ Des conséquences dommageables pour notre futur ‘aveuglé’ !
5/ Conclusions partielles et attentes d’une population ?



1/ Avant-propos

Si le genre littéraire du XVIe « Utopie » de Thomas More visait à atteindre une société idéale, loin de tristes réalités terrestres d’alors, les temps modernes (pas ceux de Charlie Chaplin) nous ont, eux, éclairés sur diverses formes de totalitarisme. Il nous suffit d’explorer l’histoire du XXe siècle !

Là, sous l’impulsion de thèses et allégations d’un naturalisme philosophique (façon années ’60s), certains collectifs alors marginaux exaltèrent ces thèmes. « Dame nature » y fut définie comme un ensemble indivisible, dominant toutes les autres considérations de la vie. En ceci, l’homme et notre civilisation des progrès y apparaissent tels des éléments perturbateurs, les causes d’une pollution néfaste et de bien d’autres ‘maux planétaires’. Divers courants de pensée ont vite pris une forme perverse. Suivant leur ligne, des activistes d’une « Deep Ecology » (traduisez : d’écologie radicale) disent protéger cette « nature » et ils le manifestent ‘avec force’. Leur militantisme acharné constitue l’outil et l’art du mensonge un procédé efficace de communication vers les masses. Là-dedans, guère de place n’est laissée à la science-écologie ! L’observation de certains discours, de tags sur nos murs publics ainsi que des comportements spectaculaires ou violents en sont des marques concrètes ! Le tout se trouve accouplé à la rigueur d’un dogme universaliste (et de ses nouvelles lois?).

A l’évidence certains ‘courants scientifiques’ ont théorisé et amplifié le phénomène, d’abord au sein de campus universitaires US puis chez ceux européens, des terrains fertiles en thèses de recherches. 
L’idéologie s’y déclinait subtilement au travers de diverses disciplines. Avec le temps, quasi toutes parmi elles ont intégré le mouvement et ses effets. La totalité de la ‘vie civile‘ en est devenue leur projet et l’engrenage…

Las, toujours influençable,  notre monde politique s’est imprégné d’une forme opportune de déification à l’égard de ces ‘principes du naturalisme‘. L’Europe UE actuelle les porte au pinacle et figure l’apothéose de cette servitude. Les mesures « vertes » édictée sur 2021-2027 et des tergiversations encore en cours en sont le coûteux reflet. La gent politique ne le fait pas uniquement sous les coups de boutoir d’une écologie radicale et frénétique, mais surtout grâce aux 15 à 30% de nos populations occidentales qui en sont culturellement (ou psychologiquement) imprégnées ! Il faut de surcroît noter qu’à la suite de réunionites aiguës telles la COP21-Paris-2015 et ses suivantes (Glasgow 2021), une frénésie gesticulatoire a maintenant saisi tous les dirigeants (particulièrement ceux qui rêvent d’exercer pleins pouvoirs sur une « gouvernance mondialisée » ou d’en être bénéficiaires par des transferts monétaires subsidiés qu’ils appellent)… Eux tous laissant les miettes de « décisions par subsidiarité » à des États dénudés, choses qu’ils voient naturellement subordonnées à leur puissant dogme universaliste, celui-ci allant de soi ?           

2/ Pressions des milieux et le conformisme des pensées

Un effet général de mal-être socio-économique et nos périodes récurrentes de pandémies jouent ici le rôle du catalyseur de réactions… humaines, avec à l’avenant tous leurs facteurs anxiogènes. Haro sur Les Lumières, ces acquis maintenant voulus obsolètes, le « consensus ONUsien » doit-il ainsi prévaloir sur l’exercice d’un esprit critique alternatif ? Faut-il, en notre XXIe siècle, accepter de se soumettre à des peurs millénaristes qui resurgissent un peu partout ? Tout doit-il se penser en termes « d’empreinte carbone » ? Ceci semble bien être l’ambiance publique et la forme des décisions gouvernementales UE prises ces vingt dernières années envers le dogme universaliste ! Celui-ci prend la place et domine toute pensée appuyée sur le rationnel et sur l’équilibre d’une vie par nature multifactorielle (en supposant qu’il y eut équilibre parmi les subjectivités politiques antérieures et celles de foules encore trop souvent crédules).

Ces motivations, comportements et obstacles nous sont rapportés par diverses sources touchant le milieu de la recherche, ainsi que les axes et moyens alloués. Analysez donc les procédures et les critères des programmes-cadres successifs de l’UE, sinon ceux nationaux/communautarisés ?

2.1.  En Belgique, on peut lire grâce à la Fondation Roi Baudouin : « Enquête auprès des chercheurs attachés aux universités belges – Qu’est-ce qui les motive? Quels obstacles rencontrent-ils ? Contenu » (14-11-2017 ; 12 p. ; 1.720 répondants-chercheurs).
https://www.kbs-frb.be  2017_RESUME_PUB_3514_SurveyBelgianUniversities_2.pdf 

2.2.  Encore 2017 en Suisse, au journal Le Temps, par Catherine Frammery :
« Publish or perish », quand la science met les chercheurs sous pression
[[ Sans trop de surprise, les journaux scientifiques influencent lourdement la recherche. Les chercheurs sont incités à produire, pas à avoir raison. Premier volet de notre série consacrée aux cinq plaies de la recherche. En partenariat avec Journal Le Monde… (Note : là où certains ‘journaleux’ sont teintés du parti-pris idéologique) ! Toute la semaine, Le Temps vous emmène dans les coulisses de la science qui se fabrique, découvrir les cinq plaies de la recherche actuelle. Voici le premier épisode. ]] https://www.letemps.ch/sciences/2017/09/19/publish-or-perish-science-met-chercheurs-pression. Sur le même sujet lisez les suites d’articles répertoriées sous [2] .

Se souviendra t-on ici des Impostures intellectuelles, un ouvrage d’Alan Sokal et Jean Bricmont publié en français en 1997 ? https://www.odilejacob.fr/catalogue/sciences-humaines/epistemologie-histoire-des-sciences/impostures-intellectuelles_9782738105035.php  Voire aussi du cas The Lancet 2020 à propos de covid-19 ?

2.3.  Autre débat intéressant sur un blog anglophone ACADEMIA
        What does « Publish or perish » really mean ? (April 2013)
https://academia.stackexchange.com/questions/9173/what-does-publish-or-perish-really-mean

2.4.  Au rang d’une littérature introspective, s’ajoute l’ouvrage 2019 de Pierre Bentata (FR) « Les idoles sont de retour » qui analyse cette phénoménologie d’un mimétisme idéologique entre groupes de pensées. Il s’agit de ISBN 979-10-329-0615-6 (Ed. L’Observatoire). Dont un espoir manifesté par l’auteur en la dernière ligne de son Post-scriptum ? « A l’aube des idoles doit répondre un amour infaillible du réel »

2.5.  Transportons-nous alors vers la Chine ! Conquérantes et vitalisées, pour la R&D autant qu’en leurs productions multi-sectorielles & de masse, les autorités (communistes) chinoises ont habilement tissé leur toile géopolitique. Partenaire de l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce) [3], la Chine achemine d’ores et déjà vers l’UE et ailleurs toutes ses fabrications délocalisées (et celles en propre!), à coûts compétitifs (voire avec dumping d’Etat), via la triple nouvelle route de la soie (voies rail-mer-air) ! L’UE y pèse déjà pour plus de 25% de leurs exportations !
Non contente de ceci, ses contingents de « chercheurs-doctorants » (sic) sont engagés parmi des universités US et UE et dans certaines filiales (R&D) industrielles, sous des contrats juridiquement assez opaques (ou léonins ?) ! Les préférez-vous là en tant qu‘experts en cyberX – génie civil – militaire – constructions manufacturières – biochimistes – d’instrumentation optique ou médicale – voire en ‘leurs’ disciplines R.H. ? Leur réservoir est vaste et les candidats attendent d’arriver, en hâte et en pagaille !
Questions : Qu’attendre des activités « coopérantes » de ces masses de missi dominici scientifiques modernes ? Car sous des dehors sympas, ces délégués furent préalablement formés et drillés pour agir tout en finesse envers des dirigeants assez crédules qui peuplent nos rues d’UE !!!   


3/ Les signes d’une exploitation éhontée de la pensée

Ces signes sont assénés quotidiennement vers nos ‘élites’ et aux foules crédules. Des tireurs de marionnettes agissent dès le niveau ONU-OMS-OMM et ceux -autant politisés- du GIEC onusien ! Effectuons un décryptage de nos médias TV, de gazettes ‘mainstream’, de la plupart des réseaux sociaux et même desdites ‘revues scientifiques’ : tous offrent (commercialement) leur lot de thèmes aux mots-clés et avec chiffres anxiogènes lorsque cela ajoute ! Une liste non exhaustive de ces thèmes figure sous [6]. Chacun peut la prolonger sur base de son expérience personnelle.

Assez convergent, un dessein politique idéologisé vise depuis longtemps déjà à influer sur nos rangs de jeunes en formation et leurs enseignants… Soit -au futur proche- un endoctrinement garanti concernant des matières qui, sous couvert ‘scientifique’, faussent les esprits et les rendent incontestables pour des êtres encore malléables et immatures (il suffit d’évaluer des réalités ancrées, partout dans les corps publics) et de se rappeler la problématique des tests PISA. Dilemme doublé de la toute récente ‘suppression des examens’ dans certains réseaux d’enseignement officiel francophones belges… pour cause de pandémie ? L’exemple de Greta Thunberg et de ses coaches aide t-il vraiment aux progrès des générations futures ?

3.1.  Conjointement, les mêmes idéologues radicaux et leurs « auxiliaires intéressés » manoeuvrent maintenant par la judiciarisation envers les Etats. Rien que ça ! Ainsi, entre 2018-2021, une procédure lancée contre l’Etat français fait que, suite à l’action intentée, il se trouve condamné … par un juge.. pour « carence fautive en matière d’écologie » ! Cette décision a été qualifiée d’historique par les quatre ONG demanderesses. Jugement qui mérite cependant des explications et des nuances. Mais constatons que jusqu’à dans leurs attendus, certains tribunaux accréditent l’esbroufe pseudo-scientifique préalablement médiatisée ! Noterons-nous ici le soutien d’idéologie prégnante au ‘Haut Conseil français pour le climat‘, cet avatar découlant de la COP21 (et sa présidente Corinne Le Quéré… une climatologue étroitement liée aux mouvances GIEC & Co) ?

Https://www.latribune.fr/opinions/l-affaire-du-siecle-et-la-carence-fautive-de-l-etat-le-decryptage-juridique-877504.html Par Marta Torre-Schaub, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (12-02-21)

Cette action judiciaire (relative à la réduction normative et d’échéances de présumés GES (Gaz à Effet de Serre, etc.) fut concoctée aux USA. Là-bas l’activisme Greenpeace est envahissant, il sévit autant ici vers l’UE, assisté de la Fondation Hulot, d’Oxfam, et d’une ONG ‘Notre Affaire à Tous’ ! Démarche orchestrée en lien avec une pétition en ligne ayant recueilli 2.300.000 signatures (on ne sait d’où, mais liées à des opinions qui furent préalablement façonnées au sein de groupes humains jusqu’à y induire la peur et une forme d’hystérie collective).

Suivront à partir de 2021-202x : ces mêmes activistes agissent en Belgique, en appui sur une ‘jurisprudence européenne’ toujours aussi douteuse… Tandis que l’OCDE se targue aussi d’asséner ses ‘150 remontrances’ à la nation belge ?  

3.2.  Depuis des années je scrute avec attention un site assez original : l’Association Française pour l’Information Scientifique (créée en 1968). Intéressante en soi, l’association veut dénoncer la pseudoscience [1]. Site https://www.afis.org/ . Je constate néanmoins leur inflexion marquée en matière des thèmes portant sur le climat et leur subordination aux thèses GIEC (RCA-CO2 anthropique). Serait-ce un des effets du courant inspiré par le paléo-climatologue Jean Jouzel ?
Singulièrement, AFIS accueille à sa présidence depuis 2020 le physicien-climatologue Fr.-M. Bréon, de l’Institut P.-S. Laplace. Son profil d’attitude ? Ex-rédacteur du 5e rapport GIEC, membre de « Sauvons le climat »… et de … Monsieur plein d’une certaine suffisance ? Comme Jean-Marc Jancovici, Bréon est toutefois un tenant d’options pro-nucléaires… par l’impérieuse nécessité de son usage pour le futur énergétique français ET celui d’Etats européens ! Lisons ses ‘postures médiatisées récentes’ face à des scientifiques contradicteurs ? [5]. Chacun en conclura ce qu’il faut interpréter de l’ensemble de ces articles publiés entre 2013-2019 !

3.3.  La France n’est pas seule à subir les semonces de climatologistes ! En Belgique parut un ‘manifeste’, fruit d’un duo J-P. van Ypersele et Dirck Draulans (cfr. le numéro prosélyte du magazine Le Vif-Express n° 3611 du 17 sept. 2020, p. 18-21 : (dont en couverture figure un … + 3 à 5°C … L’impact sur la Belgique)… Mince alors ! De quoi parle-t-on là et pour quand ? Et selon quelles projections ex-ante d’un de ces multiples « modèles » qui ont l’art de ne pas refléter des réalités mesurées lorsque viennent les chiffres des vérifications ex-post ???
[[ Figure internationale du combat contre le réchauffement climatique, l’ancien V-P du GIEC prend part à l’opération du VIF, Le réveil climatique. Il clame l’urgence des mesures, à tous niveaux du pouvoir et l’influence indispensable des citoyens…]] Un personnage proche du parti Ecolo, son article est assorti d’une page et demie d’ego-photos ! 

3.4.  Curieux recours à la « collapsologie » : voici l’Eglise papale qui semonce le monde (avec Greta & Co)… Tandis que tout en nuances, Stanislas de Larminat rectifie la compréhension (ingénieur agronome, bio-éthicien, est co-auteur avec Fabien Revol, théologien, d’un ouvrage « L’écologie, nouveau jardin de l’Eglise » : Ed. Peuple libre , EAN 9782366131000). L’auteur accorde 22′ d’une interview éclairante (en tant que scientifique et croyant..) à écouter sur RadioNotreDame (FR, 28 avril 2021). L’auteur revient d’une ‘retraite itinérante’ engagée à pied autour de la France, pour aller à la rencontre des diocèses et y déminer toutes les peurs qui nous minent autour du climat et de l’avenir de la planète. L’auteur exprime clairement son expérience, soit : Haro sur le ‘consensus’ ; Vive le débat contradictoire! ; Vive les effets du soleil sur le climat…]] Loin donc de ce que la jeune militante-écologiste-radicale déclama en s’entretenant avec le pape !  https://radionotredame.net/emissions/legrandtemoin/28-04-2021/

3.5.  Quand la science fait son autocritique (Les Echos – FR, mai 2018, par Yann Verdo)
https://www.lesechos.fr/2018/05/quand-la-science-fait-son-autocritique-990822
[[ ANALYSE. A la fois symptôme et remède d’un certain relâchement dans la recherche, un site Internet permet de laisser des commentaires anonymes sur des articles parus dans des revues scientifiques. L’émergence d’un nouveau modèle ? (*) ]]

(*) [[ The PubPeer Foundation is a California-registered public-benefit corporation with 501(c)(3) nonprofit status in the United States. The overarching goal of the Foundation is to improve the quality of scientific research by enabling innovative approaches for community interaction. The bylaws of the Foundation establish pubpeer.com as a service run for the benefit of its readers and commenters, who create its content. Our current focus is maintaining and developing the PubPeer online platform for post-publication peer review. ]]  https://pubpeer.com/

3.6. Aération « taux CO2 » des restaurants de Belgique… Allant enfin vers une réouverture différée des établissements Horeca, l’imagination experto-politicienne-fédérale y apparait sans bornes (déclaration médias du PM De Croo, le 12/05). On obligerait ainsi le secteur à se doter de « compteurs » où l’on peut voir le taux de qualité de l’air à l’intérieur… afin de veiller à la santé des consommateurs… et indépendamment des dispositifs d’aération ! Pas une fake news de dernière minute, ce fut publié ! Qui sous-tend ce genre de lobbying ?  

     
4/ Des conséquences dommageables pour notre futur ‘aveuglé’ !

4.1. Que disent les chiffres de la géopolitique 2019
 ? Source : Global Report (May 2021) from ‘Rhodium Group LLC’ 
[[ En 2019, les émissions de gaz à effet de serre de la CHINE, considérés par les Verts comme responsables d’un réchauffement climatique, ont franchi pour la première fois le seuil des 14 gigatonnes, atteignant 14 093 millions de tonnes métriques d’équivalent CO2(MMt CO2e)… https://rhg.com/data_story/climatedeck/
Cela représente plus du triplement des niveaux 1990, et une augmentation de 25% au cours de la dernière décennie. En conséquence, la part de la Chine dans le total des émissions mondiales de 2019, soit 52 gigatonnes, est passée à 27%. Et pour la première fois, l’Inde a devancé l’UE-27, avec 6,6% des émissions mondiales. ]]

Questions : Comment les vents répartissent-ils ces proportions GES au gré du temps dans l’atmosphère terrestre ? Comment faire pour les contenir en dehors du cocon d’une UE apeurée et vertement moraliste ? Que pèsent vraiment ces dits GES sur l’évolution du climat mondial ? Toutes des thèses qui restent sans réponses clairement finalisées !

Tout le leitmotiv étant fondé sur le CO2 il est fondamental de relire divers articles publiés sur ce site SCE, dont :
a) Pourquoi l’effet du CO2 sur le climat est exclu par la physique par J. Van Vliet, Master in Engineering and Master in Sciences, Retired   https://www.science-climat-energie.be/pourquoi-leffet-du-co2-sur-le-climat-est-exclu-par-la-physique/
[[ Je voudrais remercier le Professeur G. Geuskens pour son remarquable article intitulé:  
b) L’effet de serre et le bilan énergétique de la Terre, paru sur le site web SCE ce 11 décembre 2020. (….) https://www.science-climat-energie.be/2020/12/11/leffet-de-serre-et-le-bilan-energetique-de-la-terre/ ]]

4.2.  Evaluons à leur juste raison la disproportion XXIe des législations-réglementations UE et leurs effets négatifs sur des options de la vie publique – d’emploi – d’une R&D ouverte – d’activités industrielles libres – et sur les consommateurs (en dehors du lobbying BEUC… c-à-d ce Bureau Européen des Unions de Consommateurs, une forme de supra-syndicats jouissant de toute l’ouïe de l’UE)
Au continent des borgnes et des aveuglés, la cause semble entendue : Green Deal à 750 milliards d’€ ; TOUT doit dorénavant être vert – durable – clean – certifié local – décarboné – régi et soumis à un fatras d’idéologies et de lourdeurs contre-productives. D’où la révision perspective et obligée de 54 directives ou règlements, dont les 750 députés du P.E. vont encore se délecter à y amender des mots, durant des années à un taux de pollution aggravé ! Tout est couplé là, spéculativement, sur un pari d’évolution des prix sur le carbone (le CO2) ; la boucle se boucle ainsi pour le meilleur profit des grands boursicoteurs mondialisés (enchères et tractations) du prix de la tonne CO2 ! Suffira t-il ensuite de décréter des normes UE de plus en plus contraignantes ?? 

4.3.  Si au travers de l’UE, le leitmotiv tourne autour de la « Transition énergétique », faisant la fleur belle aux seuls EnR (éolien + photovoltaïque), les débats restent virulents dans tous les Etats-membres ! Quid d’une faisabilité effective dans le temps et les coûts ; quels déséquilibres du MIX énergétique préconisé par les Verts UE ? Une maturation progressive des études permet d’y dénoncer maintes aberrations. En ce sens, L’Allemagne s’effraie fort : « Jetzt wird die Energiewende zur Gefahr für ganz Deutschland » (Welt) Veröffentlicht am 31.03.2021. 
Un article utilement commenté par le français Michel Gay : [[ Selon le journal Welt, la Cour des comptes fédérale allemande lance un avertissement au gouvernement allemand : sa politique actuelle de transition énergétique (Energiewendemet en danger l’économie de l’Allemagne. Les coûts sont hors de contrôle et la menace d’une pénurie d’électricité plane.]] 
https://www.contrepoints.org/2021/05/16/397534-transition-energetique-lallemagne-sinquiete-enfin

Soyons SVP lucides : quand les grands acteurs du globe s’octroient ainsi des libertés sur le choix de MIX et de législations, qui martèlera les clous dans un futur cercueil d’UE devenue économiquement non-compétitive ?

4.4.  Législation de la concurrence UE et des obstacles aux programmes-cadres ? 
Nous pouvons certes dresser un bilan positif et être fiers d’efforts historiques et d’avancées mondiales au XXe écoulé. Cependant, l’excès de juridisme UE nous mène lentement vers une obsolescence de ce qui fit la gloire de son action « résilience et inventivité », soit deux facteurs qui sont gravement mis en danger par la soumission d’une UE… aveuglée par des idéologies ambiantes. Relire sous mon 4.2. !

Coincée par ses règles et directives de portée internationale, sujette aux règles (laxistes?) de l’OMC, débordée par les diktats-supra tombés de la sphère ONUsienne, l’UE du XXIe siècle souffre de concurrence déloyale… de la Chine et de nombre d’institutions d’ailleurs. L’espionnage en R&D et celui industriel a pris là une ampleur que l’on peut juger alarmante, sournoise. Divers domaines s’avèrent vulnérables ou sont affaiblis… dont on ne connaîtra l’exacte ampleur chiffrée qu’en post-pandémie d’un ‘covid-19 importé d’ailleurs’…

Notre avenir UE et celui de tant de chercheurs sera-t-il subordonné à une seule forme de relation incestueuse subsides-résultats-conformismes à démontrer… par nos universités autant que par nos milieux d’industries continentales ? La subsidiation UE à outrance et/ou l’endettement sans limites constituent-ils vraiment sa panacée ?     

5/ Conclusions partielles et attentes d’une population ?

Au début d’une réflexion 2021-22 portant sur « l’avenir à 20 ans de l’UE »,  il importe que ce vaste exercice conduise à des réformes vraiment positives pour nos enfants autant que pour leurs aînés. Or, si nos particraties et bureaucraties UE, déjà marquées en profondeur par des idéologies ravageuses, se trouvent jointes là à des citoyens… il faut espérer que ceux-ci s’exprimeront avec l’esprit plus ouvert et assez ‘visionnaire’ qui manque aux premiers nommés. De là mon espoir qu’il en sortira des choix d’axes et d’efforts fondés sur du rationnel en lieu et place à la subjectivité actuelle !

Penser latéralement [4] est une force dont manquent beaucoup de politiques et leurs ‘conseillers du prince’, vivant tous dans l’adversité. Trop de nos médias qui leur sont subordonnés (et manquent donc d’indépendance), ça nous distord l’information (et la culture) à destination du grand public. La population en développe des angoisses et des opinions allant à l’inverse de réalités démontrées !  

Tâchons de rétablir un sain équilibre d’actions entre nos vrais climatologues et ces nombreux « climatologistes idéologisés » (dont l’orgueil ou des intérêts flous les font se comporter tels les « horlogers et régulateurs d’un climat » dont la complexité dépasse pourtant leurs vues bornées) !
Les manifestations politiques caractérisant les assemblées de masse COP2x dérogent à l’esprit de la science ! Toute la société européenne risque d’en payer longtemps les errements et des  conséquences alors que bouge profondément toute le reste du monde !!!

Face au rouleau compresseur du « consensus », cette notion mondialisée devenue bancale, l’Europe UE est confrontée au défi de la liberté de penser AUTREMENT et d’agir ! Car le doute scientifique garde ici tout son sens ! [7]. La liberté de s’associer entre chercheurs n’est guère respectée au travers des règles de ‘consortia’ de nos programmes-cadres successifs. Les mécanismes de subsidiation s’en trouvent ainsi sous-optimisés !

Les ‘revues scientifiques’ restent d’abord des organes commerciaux. Leur mission première dérape par rapport aux attentes de la communauté des chercheurs et des curieux qui s’y réfèrent professionnellement. Tous ont droit à une probité accrue de la part de ces groupes financiers ! 

Réfléchissons la portée exacte du leitmotiv UE de « Fondation pour les générations futures » ! 
Où vont aller nos chercheurs et notre enseignement dans ce contexte-là ? 


L’initiative appartient à tous, de bas en haut et l’inverse. La responsabilisation et la lucidité des élites est -en théorie- élevée, mais la tendance à la fuir déforce le résultat sociétal. Face aux chocs de dures réalités extérieures, la proactivité reste un besoin urgent… en lieu et place d’une triste réactivité. 
 

NOTES

[1] pseudoscience : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pseudoscience

[2] « Publish or perish », quand la science met les chercheurs sous pression
            
Vos témoignages: stress, précarité, petits arrangements et grosse colère


[3] OMC – Chine :
 https://www.wto.org/french/thewto_f/countries_f/china_f.htm
[[ Cette page contient des renseignements concernant la participation de la Chine aux activités de l’OMC. La Chine est Membre de l’OMC depuis le 11 décembre 2001. ]]

[4]  [[ La pensée latérale est une technique de résolution de problèmes, popularisée par Edward de Bono, qui consiste à appréhender les problèmes sous plusieurs angles, nouveaux ou hors du champ habituel d’études, au lieu de se concentrer sur une approche éprouvée mais linéaire et limitée. ]]
https://fr.wikipedia.org/wiki/Pens%C3%A9e_lat%C3%A9rale

[5] Postures médiatiques de Fr-M Bréon (Afis) face à des pairs français
Chacun en pensera ce qu’il interprète de l’ensemble de ces articles…
(2013) Le climatologue François-Marie Bréon voit dans « L’innocence du carbone », le récent livre du physicien François Gervais, une accumulation d’erreurs et de manipulations vouées à discréditer le constat du réchauffement anthropiquehttps://www.lemonde.fr/sciences/article/2013/10/28/les-contre-verites-du-dernier-pamphlet-climatosceptique_3504317_1650684.html
(2019) https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/comptes-rendus/cetransene/115cetransene1819051_compte-rendu#
(2019) [[ Dans un article intitulé « Le climato-dénialisme n’est pas mort » publié par l’AFIS en février 2019, François-Marie Bréon, Directeur adjoint du Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement (LSCE) met en cause le physicien François Gervais pour sa dénonciation des contradictions et incohérences des rapports du GIEC.]]  https://www.climato-realistes.fr/francois-gervais-repond-a-francois-marie-breon-afis/
(2019) https://www.francesoir.fr/societe-science-tech/le-rechauffement-climatique-un-leurre-escroquerie-climatosceptique-de-francois-gervais
(2020) https://www.lexpress.fr/actualite/idees-et-debats/francois-marie-breon-raoult-a-donne-une-image-desastreuse-de-la-science_2139913.html

[6] Eventail de thèmes-cléssujets à une dramatisation médiatisée ?
La consultation des médias grand public (et même de ceux professionnels…) amène à s’interroger sur la culpabilisation induite par ce matraquage de faits réels OU, souvent, de ceux distordus dans un but idéologique VOIRE d’intérêts financiers. Beaucoup de mots émis, auxquels manquent des CHIFFRES vraiment significatifs du réel ! A nouveau, pris à témoin (sic), certains ‘scientifiques’ entretiennent là ces distorsions, jusqu’au mensonge institutionnalisé ? Lorsqu’on parle de déontologie professionnelle, il y a place pour un boulevard d’améliorations ! 
Éventail lu en 2021 ?

* Pollution partout généralisée.. (pléonasme) ; * Désir avide de consommateurs entraînant la disparition rapide des ressources naturelles.. ; * Substances alimentaires à taux de toxicité élevé (ah, ce bon bio commercial!).. ; * Changements inquiétants du climat, avec fonte ‘généralisée’ des glaciers et de la banquise Arctique.. ; * Hausse vertigineuse du niveau des océans.. (où ont-ils lu ça dans les articles SCE et sur les relevés satellitaires?) ; * Minimisation de l’influence des cycles d’activité solaire.. (Ah ?) ; * Les protecteurs de la biodiversité (au P.E.) sont alarmistes.. (mais combien d’espèces restent encore inconnues?) ; * Déforestation amazonienne.. (sur quel % des 5.500.000 km² dont on ne parle guère là?) ; * Surpêche océanique.. (qui ignore celle des chinois sur tous les océans?) ; * Besoins énergétiques sous-estimés au futur.. dont l’insignifiante puissance EnR comblerait toutes les espérances.. (avec une demande inconsistante en regard d’un besoin de fonctionnement des industries et l’électrification d’un parc automobile décrété en post-2025?) ; * Exploitation incontrôlée des techniques bio-moléculaires et génétiques… (en dépit de mises en garde des comités d’éthique, trop peu écoutés?) ; * Des OGM qu’il faudrait bannir sans aucun discernement.. (vive donc les parasites et les famines de contrées fort dépendantes?) ; * Vagues de prédictions d’événements futurs par nos prophètes patentés.. (en esbroufe? Ces Nostradamus du XXIe siècle ?) ; * Recours systématisé à des « modèles mathématiques » pour justifier des orientations politiques stratégiques.. (des modèles dont l’algorithmique est parfois hasardeuse à vérifier en ex-post?) ; * Impacts des 150.000 virus connus pour les pandémies à venir (!) sur la santé publique (et surtout celle mentale des populations frappées déjà d’hystérie collective?) ; 
* Sans oublier bien sûr la résurgence (TV et Internet) des films de science-fiction) 
https://fr.wikipedia.org/wiki/Science-fiction_post-apocalyptique ! 
A vos souhaits, Messieurs-Dames !!   

[7] La négation du doute scientifique s’exerce au profit de quasi-certitudes ésotériques…

Emmanuel SIMON,  7 avril 2020

1 réflexion sur « L’idolâtrie naturaliste, liens avec la pseudoscience, risques »

  1. Votre morceau d’opinion donne une image « grand-angle » de la déliquescence de notre société occidentale du 21ème siècle. Il est vrai que cette déliquescence prend des formes innombrables, et qu’elle est davantage perceptible pour ceux qui sont nés entre 1940 et 1970 que pour ceux qui sont nés au 21ème siècle.

    Après deux ou trois siècles de lumière et de liberté et de bien-être croissants, voici que revient le temps du mensonge, de l’oppression et de la précarité, que soit pour des motifs onusiens climatiques, de militantisme religieux, de biais raciaux ou de pandémie. Nous ne pouvons qu’être stupéfaits par la préscience d’Aldous Huxley en 1932 dans « Brave New World » ou de Georges Orwell en 1949 dans « 1984 ».

    Il faut en être conscient, nous ne sommes plus maîtres chez nous. Au nom du maintien de la paix, des traités internationaux ont été conclus et des structures supra-étatiques ont été mises en place: elles ont pris de l’influence d’abord et du pouvoir ensuite. Le pouvoir politique local s’est réduit, au profit d’aréopages comme le parlement européen où le délire côtoie la raison. Tout comme en Amérique, la mise en place des Etats-Unis d’Europe ne sera pas possible sans Guerre de Sécession, surtout si l’Allemagne persiste à imposer sa vision à toute l’Europe comme elle l’a essayé en 1914 et en 1939.

    Au niveau de l’Europe, on ne peut que saluer la sagesse de la Suisse et de la Norvège qui ont conservé leur pouvoir et du Royaume-Uni qui l’a en partie retrouvé.

    Que ne sommes-nous restés fidèles à l’Europe du Marché Commun. Redevenons maîtres chez nous !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *