La fin du réchauffement… Pas du changement climatique!

Brigitte Van Vliet-Lanoë, Directeur de recherche CNRS, 
Emérite UMR 6538 CNRS, Brest, France

Un hiver froid s’annonce : le premier d’une série qui devrait durer au moins jusqu’en 2053 (Youssef et al., 2009 ; Zharkova et al.  2015 ; Van Vliet, 2019), période où les médias nous assènent une disparition de la banquise estivale, des ours polaires et des phoques ! Ceci est favorisé par l’activité solaire réduite depuis et le minimum solaire actuel (Fig.1). Le cycle solaire suivant (n°25) devrait aussi être faible. Nous y sommes entrés sans un Minimum d’activité aussi profond que celui Dalton (1790-1830) qui a présidé à la « Bérézina ».

Fig. 1: Intensité des cycles solaires depuis 1975 et la prédiction du cycle 25 (calculés avec le nombre de taches solaires  2018 * ANRPFD ).  B) évolution de l’extension en km2 des banquises arctique et antarctique depuis 1978 par rapport à la déviation standard 1981-2010 (NSDIC).

En fait le soleil se met au repos après une très forte activité pendant les années 1960 (cycle 19) et une décharge énergétique puissante sous la forme de vents solaires (van Vliet, 2019, Fig.2).

Fig.2: Anomalie des températures sur les pôles, (image  https://climate.copernicus.eu/sites/default/files/)   accentuée par un rôle majeur des perturbations atmosphériques en zones polaires  liées aux vents solaires en 2019 (HN) selon He et al.,2020. 

La banquise antarctique continue son extension amorcée pendant les années 1970 (Fig.3.1). La banquise arctique progresse plutôt, sauf dans le secteur nord européen jusqu’à l’Oural-Nouvelle Zemble (Fig.3.1), en relation avec une branche de la dérive Nord Atlantique ou DNA (Fig.3.2). 

Une des conséquences de l’activité solaire est le stockage thermique dans l’océan austral qui augmente la température de surface de l’océan et son transfert à nos latitudes par le Gulf Stream et sa continuation vers l’Arctique, la DNA (voir Van Vliet-Lanoë, 2020).

Fig.3.1. : Extension de la banquise le 1er décembre 2020 par rapport à sa position moyenne entre 1981-2010 (ligne jaune) (ressources satellitaire Nasa) Source NSDIC.
Fig.3.2: Etat actuel des températures de surface de l’océan et des écoulements de surface avec un Arctique en fort refroidissement et une transgression superficielle des eaux froides et douces (pointillé bleu) issues de la fonte de la banquise arctique 2017-2019 transférées par le courant Est groenlandais. L’anomalie d’extension de la banquise 2020 est lié à la propagation d’eaux tièdes le long la côte N de l’Arctique russe (flèche rouge) (image Earthforthenull).

Une image thermique de l’Atlantique nord permet de comprendre la bascule qui est en train de s’opérer. Le Gulf Stream est beaucoup moins chaud aujourd’hui que ces dernières années. On voit parfaitement grâce à sa température de surface la persistance d’une langue de chaleur au NE de l’Europe (flèche rouge), ici de la DNA. Cette anomalie est particulièrement flagrante sur la carte des anomalies de surface de température attestant d’un Gulfstream encore relativement chaud et de l’anomalie thermique persistante sur l’Arctique européen. Néanmoins le courant est-groenlandais a pris beaucoup de puissance, alimenté par les eaux de fontes des années 2017-2018, des périodes de fort réchauffement arctique lié au vent solaire (van Vliet, 2019). Ses eaux froides ont repoussé le GS vers le sud et le courant d’Irminger (au sud de l’Islande) ne rejoint plus la mer d’Islande comme en 1943 et en 2000 (Fig. 4b). Une telle situation a été observée en 1883.

Fig.4: A) anomalie actuelle des températures de surface de l’océan par rapport à la moyenne 1981-2010. B Reconstitution des courants marins autours de l’Islande en 1883 (période froide, Mohn, 1887) et en 1943 (période chaude : carte US Army). Eaux de surface tièdes en rouge, froides en bleu.
Fig.5: Une Niña puissance va de pair avec un refroidissement après des Niños puissants. Anomalie des températures de surface océaniques, NOAA.

Ceci veut dire qu’avec l’évolution à la baisse de l’apport thermique lié à l’activité solaire (Youssef et al., 2009 ; Zharkova et al., 2015 ; Van Vliet, 2020) et des phénomènes El Niño puissants, le refroidissement amorcé par la baisse de l’activité solaire en 2010 va prendre de l’ampleur assez rapidement, comme le montre l’intensité du phénomène La Niña actuel (Fig.5), ce malgré l’inertie thermique de la masse océanique. L’apport d’eau de fonte du bassin arctique via le courant Est Groenlandais, est actuellement en train de tamponner l’impact d’un Gulfstream encore chaud, mais déjà affaibli, et, va favoriser comme par le passé une ré-extension de la banquise arctique, à la grande joie de l’ours Nanouk ! Un autre changement climatique s’installe. 

N’oubliez pas vos pelles à neige…..

Réferences

He S., Huijun H.,  Li F.,  Li H., Wang C. 2020 Solar-wind–magnetosphere energy influences the interannual variability of the northern-hemispheric winter climate National Science Review, Volume 7, Issue 1, January 2020, Pages 141–148, https://doi.org/10.1093/nsr/nwz082

Van Vliet Jean 2019. Les-vagues-de-chaleur-mondiales-récentes-sont-correlées-a-un-cycle-solaire-exceptionnel Science-Climat-Energie

Van Vliet Jean, 2020. Le-20eme-siécle-a-été-anormalement-chaud-mais-le-21eme-siècle-revient-à-la-normale-1-2/ Science-Climat-Energie, https://www.science-climat-energie.be/2020/08/14/le-20eme-siecle-a-ete-anormalement-chaud-mais-le-21eme-siecle-revient-a-la-normale-1-2/ xxxx http://www.science-climat-energie.be/2020/08/22/le-20eme-siecle-a-ete-anormalement-chaud-mais-le-21emesiecle-revient-a-la-normale-2-2/ Science-Climat-Energie

Van Vliet-Lanoë B., 2020 : Déluge et changement climatique (1/2) https://www.science-climat-energie.be/2020/11/20/deluge-et-changement-climatique-1-2/ Science-Climat -Energie

Yousef S. , SM. Amin, W. Abdel-Sattar 2009. The Shrinking of the Heliosphere Due to Reduced Solar Wind, DOI: 10.1012/S120027852019

Zharkova VV, Shepherd SJ, Popova E, et al. 2015  Heartbeat of the sun from principal component analysis and prediction of solar activity on a millennium timescale. Sci Rep. 2015;5:15689. Disponible sur : https://www.nature.com/articles/srep15689 [Crossref], [PubMed], [Web of Science ®], [Google Scholar]

2 réflexions sur « La fin du réchauffement… Pas du changement climatique! »

  1. Oh non ce n’est pas terminé puisqu’il ne s’agit plus de réchauffement mais de dérèglement. Par rapport à quoi? On ne sait pas. Une vision fantasmée du climat dans les années 80 visiblement. Et donc si on va avoir des vagues de froid (regardez dans telle région, on n’a pas vu autant de neige depuis … 10 ans!) c’est que le climat est déréglé…
    Le chien, la rage tout ça quoi, on aura toujours une bonne raison pour asséner les solutions « écolos » coûteuses.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *