CARTE BLANCHE : La diversité est source de richesse, y compris par les opinions et parmi les énergies !

Emmanuel SIMON, quelque part dans une UE qui tend à chavirer

 

Côtoyant ma soeur cadette en ces temps de vacances, j’ai cru au miracle environnemental… D’un gentil profil volontiers anxieux, cette soeur est de longue date une adepte d’écologie douce.
Qu’elle en soit venue à me parler durant ce W-E d’une PÉTITION décelée par son italien de mari m’a laissé pantois ! Quoi, ma soeur fan d’Italie et de culture, profondément verte de pensée, serait-elle devenue sensible aux déclarations si sérieuses de scientifiques italiens ?

Sa source : L’Opinione delle Libertà , 19 giugno 2019…
« Clima, una petizione controcorrente ».
Pétition émise d’initiative par un Comité de huit professeurs et 83 signataires, tous italiens !
http://www.opinione.it/cultura/2019/06/19/redazione_riscaldamento-globale-antropico-clima-inquinamento-uberto-crescenti-antonino-zichichi/

Si ma soeur est férue d’italien, perso je préfère lire en anglais ou français. Au travers d’une exploration, Goooooogle m’a confirmé sa traduction et sa publication sur le site du mathématicien français Benoit Rittaud :
https://mythesmanciesetmathematiques.wordpress.com/2019/07/06/petition-en-italie/

Par cette pétition, adressée aux quatre plus hautes institutions démocratiques de l’Etat italien, ces 91 personnalités (liste) énumèrent les faits observés, en des termes compréhensibles par le politique. Ils rappellent le distinguo à faire entre pollution et climat, le rôle positif et vital du CO2, y soulignent nombre de cyclicités naturelles. Ils n’omettent pas l’influence solaire. Ils recadrent la saine compréhension à avoir des rapports produits « en consensus » par les groupes du GIEC. Ils dénoncent une propagande virulente incriminant l’influence dite « anthropique » truffée de distorsions, elles-mêmes médiatisées à l’envi.

Intéressant aussi d’y trouver une mise en garde quant à l’appui excessif sur des « modèles » eux-mêmes de résultats disparates, donc peu fiables sinon parfois tendancieux. Qui s’étonnerait de ces aspects après avoir pratiqué la modélisation et opté pour un choix circonstanciel des variables/données, les état initiaux, etc. ! [1] , [2] , [3] , [4].

Enfin l’aspect des coûts sociétaux considérables engendrés par les mesures internationales COP21 de Paris 2015 n’y est pas occulté. Les signataires pointent opportunément l’existence d’autres pétitions, celles-ci antérieures. Leurs conclusions ne rejettent nullement les combustibles fossiles « carbonés », tant décriés de par le monde (par qui nous savons)!

Face à l’avenir espérons que tous les zélotes et gouvernants acceptent de réfléchir sainement, en faveur de logiques réalisables et proportionnées aux enjeux mondiaux ! Restera-t-on ici sur des voeux pieux ?
Voici donc le lien vers le texte de leur pétition :

*** Climat : une pétition à contre-courant *** 19 juin 2019
Nous publions la pétition sur le climat préparée par le professeur Uberto Crescenti – Professeur titulaire de géologie appliquée à l’Université G. d’Annunzio de Chieti; il a été Recteur de l’Université G. d’Annunzio de 1985 à 1997, président de la Société italienne de géologie de 1999 à 2005, fondateur et président de l’Association italienne de géologie appliquée et d’environnement de 1999 à 2005, fondateur et président en 2001 de l’Association italienne « géologie et tourisme », et des scientifiques de renommée internationale, afin d’encourager un débat sérieux sur l’avenir de notre planète, fondé sur les connaissances scientifiques et sans contraintes politiques. Traduction : Camille Veyres.

Au Président de la République
Au Président du Sénat
Au Président de la Chambre des députés
Au Président du Conseil

PÉTITION SUR LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE ANTHROPIQUE

Nous soussignés, citoyens et hommes de science, invitons avec force les décideurs politiques à adopter des politiques de protection de l’environnement qui soient compatibles avec les connaissances scientifiques. En particulier, il est urgent de lutter contre la pollution là où elle se produit, comme l’indiquent les meilleures données scientifiques. A cet égard, il est regrettable que les connaissances mises à disposition par le monde de la recherche soient utilisées trop tard pour réduire les émissions anthropiques de polluants très répandus dans les systèmes environnementaux tant continentaux que marins.

Cependant, il faut être bien conscient que le dioxyde de carbone lui-même n’est pas un polluant. Au contraire, il est indispensable à la vie sur notre planète.
• Au cours des dernières décennies, s’est répandue une hypothèse selon laquelle le réchauffement de la surface de la Terre d’environ 0,9°C observé depuis 1850 serait anormal et dû aux activités humaines, en particulier à l’émission dans l’atmosphère de CO2 venant de l’utilisation des combustibles fossiles.
• C’est là la thèse du réchauffement climatique anthropique promue par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) des Nations Unies, dont les conséquences seraient des changements environnementaux si graves qu’ils feraient craindre des dommages énormes dans un avenir proche, à moins que des mesures drastiques et très coûteuses soient adoptées immédiatement.
• De nombreuses nations du monde ont adhéré à des programmes de réduction des émissions de dioxyde de carbone et une propagande de plus en plus virulente les invite à adopter des programmes toujours plus exigeants dont la mise en œuvre, très onéreuse pour les économies de ces Etats, serait, prétend-on, nécessaire à la maîtrise du climat et au « salut » de la planète.

L’origine anthropique du réchauffement de la planète est cependant une conjecture non prouvée, déduite uniquement de certains modèles climatiques, c’est-à-dire de programmes informatiques complexes, appelés modèles de circulation générale.
Pour la suite se reporter ci-dessous:
https://mythesmanciesetmathematiques.wordpress.com/2019/07/06/petition-en-italie/

Attitude courageuse de la part de ces 91 scientifiques, elle va à contre-courant des « news du mainstream » qui agitent toute l’Europe adoubée au politiquement correct !
Bonne lecture donc à ceux d’entre nous qui s’interrogent !


[1] Version de mathématicien : Jean Mawhin (UCL – ARB) :
Les modèles mathématiques sont-ils des modèles à suivre ?
https://academie-editions.be/catalogue/308-les-modeles-mathematiques.html
[2] Version d’historienne-sociologue : Hélène Guillemot (CNRS – Fr)
Comment évaluer un modèle numérique de climat ? Circulations et dialogues entre simulations et observations dans les pratiques des modélisateurs
https://www.cairn.info/revue-anthropologie-des-connaissances-2009-2-page-273.htm#
[3] Les modèles climatiques pour le profane Par Judith Curry (GWPF – US, 2017)
http://www.skyfall.fr/2017/03/20/modeles-climatiques-pour-le-profane/
[4] Les relations entre science et politique dans le régime climatique : à la recherche d’un nouveau modèle d’expertise ? Amy Dahan et Hélène Guillemot
https://www.cairn.info/revue-natures-sciences-societes-2015-Supp.%203-page-6.htm


En un épilogue personnel, fondé sur les réalités du vaste débat climatique, espérons une ouverture à d’autres points de vue?

J’aimerais vous livrer de petits quiz, sur un ton vacancier à peine badin. Avec jeu à réponses aisées pour des personnes à la maturité confirmée :

Quel est l’âge de l’univers ?
RE : en cosmologie l’estimation d’aujourd’hui serait 13,8 milliards d’années ou – soyons précis – 13,799 ± 0,021 milliards. Max Planck et le chanoine Lemaître ainsi que beaucoup d’autres grands penseurs y ont sûrement apporté du neuf !

Quel est l’âge de notre globe terrestre (pas tout à fait sphérique d’ailleurs) ?
RE : Ben là ça dépend : selon les scientifiques, comptons 4,5 milliards d’années. Tandis que le temps varie, entre 6000 à 7000 ans selon que parlent de rigides créationnistes des 6 jours, ou d’antiques sources religieuses, voire encore chez des sectes contemporaines !

Qu’en déduire ?
Toutes ces supputations dérivent soit d’examens rigoureux, d’autres encore voulues par des personnages dits vénérables ou – souvent – d’obsédés à la conduite vulnérable aux plans moral et intellectuel !

En veut-on un exemple frappant du 21e siècle ? Voici notre devenir de milliards d’êtres pensants placé sous la houlette d’une poignée de gourous autoproclamés, voire même de simples créatures manipulées telles des marionnettes. A preuve : quel est l’âge d’une prophétesse moderne : 16 ans ! Une adolescente adulée par les « Commandeurs du globe » cette gent financiaro-politique, autant que par les foules moutonnières de gosses et leurs seniors à travers l’Occident. Ce mouvement s’inscrit bien dans le sens ambiant d’un jeunisme apeuré. Serait-ce la façon confirmée par PISA ?

Outre ces élites mondialisées à Davos et divers prêcheurs idéologiques, Superstar Greta a même conquis l’émotion d’un jésuite réputé infaillible. En va-t-il ainsi, de 7 à 77 ans, selon une seule et même ligne de pensée ?

Au passage, n’oublions surtout pas nos médias, ces groupes d’opinion prétendument désintéressés. « L’opinion publique » qu’ils façonnent ou défont au gré d’intérêts opaques a vraiment bon dos.

Tous ceux-là en ont donc – collectivement – développé leur nouvelle croyance ! Croyance peut-être révocable comme en droit ou plutôt intemporelle comme parmi les convictions religieuses ? C’est selon.

S’agirait-il ici de réexaminer l’âge de notre mystérieux globe de 6.10^24 kg ? Non pas : c’est de prédire l’ultime espérance de vie accordée à notre civilisation de près de 8.10^9 d’êtres, en dépit d’une démographie actuellement incontrôlée dans les pays les plus vulnérables du sud !

Pour l’Occident, c’est clairement une réminiscence d’un « Halte à la croissance » de 1971 réédité en 2018. Soit un « projet social » assorti bien sûr d’un pronostic angoissant : le grand effondrement collectif, situé entre l’an 2030 et 2050, sinon vers 2100 (la fourchette est lointaine, comme pour les prédicats non réalisés de 1971). Après, les horloges s’arrêteront ! Celles au césium surchaufferont trop. Celles encore mécaniques se gripperont définitivement. Ceci me rappelle les prédictions d’un personnage de BD à longue barbe (dans L’Etoile mystérieuse de ma jeunesse). Vous en souvenez-vous aussi ?

Qu’observer de tout ceci ? L’unicité de pensée exerce partout ses effets ravageurs !

Placés sous pression du conformisme, certains milieux qualifiés « scientifiques » ne sont plus guère freinés par les scrupules…
• Un puissant activisme mondialiste opère sur et via les médias. Chacun de nous en possède la liste. Le sens de la responsabilité et d’une neutralité informationnelle chez ces derniers s’y trouvent drôlement affadis, soit parmi leurs comités de rédaction ou chez pas mal de journalistes (pervertis par la nouvelle croyance ou agissant par un réflexe de défense corporatiste ). Sans même invoquer l’effet d’universels réseaux sociaux, nos médias – subsidiés – se trouvent confrontés à une intense concurrence de la part d’Internet et l’égale défiance de leur lectorat d’antan. De là ils n’hésitent plus aujourd’hui à s’inféoder aux courants dominants. Haro donc sur le sens critique et l’investigation sérieuse !
• Heureux toutefois qu’il subsiste là des poches de probité, chez quelques titres (et via Internet)…
• Fort soucieux de leur « score » auquel se lie l’espérance d’exercice du pouvoir, nos « gouvernants » à tous niveaux calculent leur posture et louvoient en se laissant berner. Y voient-ils une capacité à gagner par l’adhésion de foules largement ignorantes quant à la complexité ambiante ? Ma réponse est ici dans la question ! Une particratie ravageuse achève les basses oeuvres qui nous éloignent de la rigueur et du courage de « gouverner avec lucidité » !

Formulons enfin le voeu qu’afin de garantir la pérennité de leur vie au-delà de cet horizon 2030-2050, nos jeunes immatures valorisent vite leurs apprentissages et l’ardeur au travail plutôt que de vouloir dicter une ligne de conduite à ceux qui les encadrent de bonne grâce.

Lecteur, je suis désolé d’avoir utilisé – à foison – un tel nombre de « ? ». Ce n’est pourtant là que le reflet de la complexité d’un monde que des charlatans prétendent comprendre et vouloir dominer en nous y englobant …

(Visited 302 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *