Archives de catégorie : discussion-débat

Richard Lindzen à Bruxelles

Une conférence à ne pas manquer!

Le grand scientifique de l’atmosphère Richard Lindzen sera pour la première fois à Bruxelles. Après une introduction il répondra à toutes vos questions sur le changement climatique qu’il soit naturel ou provoqué par l’utilisation de l’énergie fossile.

Richard Lindzen est né à Webster, dans le Massachusetts, en 1940. Il a passé son enfance dans le Bronx, à New York, où il a fréquenté la Bronx High School of Science. Il a obtenu sa licence de physique à Harvard en 1960. Il a également obtenu une maîtrise et un doctorat en mathématiques appliquées à Harvard. Sa thèse de doctorat portait sur l’interaction entre le rayonnement, la photochimie et la dynamique dans la stratosphère, et il a continué à étudier le comportement de l’atmosphère tout au long de sa carrière – une carrière qu’il a en grande partie passée dans le milieu universitaire, où il a été chercheur postdoctoral à l’université de Washington et à l’université d’Oslo, chercheur au National Center for Atmospheric Research, et professeur à l’université de Chicago, à l’université de Harvard et au Massachusetts Institute of Technology. Il a été élu membre de l’Académie nationale des sciences et de l’Académie américaine des arts et des sciences en 1977. Il est également membre de l’Académie norvégienne des sciences et des lettres et membre de l’American Meteorological Society, de l’American Geophysical Union et de l’American Association for the Advancement of Science. Il est l’auteur de plus de 200 articles et ouvrages et a reçu plusieurs prix.

Pour un résumé de la conférence cliquez ici.

L’Anthropocène n’est pas une unité stratigraphique officielle

Alain Préat, Prof. Emérite, Université Libre de Bruxelles
et
Brigitte Van Vliet-Lanoë, Directeur de recherche CNRS, 
Emérite, Brest, France

Fil conducteur : Depuis que l’idée d’une nouvelle unité géologique, l’Anthropocène, fut lancée en 2000 par Paul Crutzen, un chimiste de l’atmosphère et prix Nobel, la communauté scientifique s’est enflammée dans le contexte du réchauffement climatique actuel, et des débats passionnels n’ont eu cesse entre ceux qui défendent cette nouvelle unité anthropogénique et ceux qui s’y opposent. La discussion a largement débordé la communauté des géologues, pourtant ce sont bien ces derniers, et uniquement eux, qui sont aptes à définir formellement des unités géologiques, ici stratigraphiques. Notre article rappellera les règles de la stratigraphie et montrera que l’introduction de l’Anthropocène comme unité stratigraphique ne respecte pas ces règles. L’Anthropocène vient d’être officiellement rejeté, après 15 ans de débats, comme unité stratigraphique par l’ICS (International Commission on Stratigraphy). En conclusion l’Anthropocène doit être considéré comme une unité ‘Géo-éthique’ et pas comme une unité ‘Géologique’.

Exemple du stratotype GSSP de l’étage géologique Thanétien (Paléocène, voir Figure 1 du texte). GSSP de Zumaia. On note la figuration du clou d’or (= golden spike), voir texte ci-dessous. Photographie: Pierre Thomas.

Continuer la lecture de L’Anthropocène n’est pas une unité stratigraphique officielle

Réflexions sur quelques incohérences de la politique européenne

       Jean-Pierre Schaeken Willemaers

Le conflit entre Israël et le Hamas 

L’anathème jeté par des politiques européennes (et par des organismes internationaux) sur les bombardements ciblés à Gaza par Israël est-il fondé ? Ces donneurs de leçon ne font-ils pas sciemment abstraction du fait que ce sont les massacres innommables d’un millier de civils juifs torturés et exécutés par le Hamas qui n’ont laissé d’autres choix à Israël que de combattre ces terroristes là où ils se trouvent ? Ne sont-ce pas ces derniers qui ont choisi de localiser leurs centres opérationnels dans des lieux très peuplés, voire des hôpitaux  et qui se rendent ainsi coupables de la souffrance et des morts de civils gazaouis.
Néanmoins, même si une guerre provoque toujours des victimes innocentes, le gouvernement israélien devrait mettre tout en œuvre pour en réduire radicalement le nombre. Il devrait aussi assurer, dans la mesure du possible, la sécurité de l’approvisionnement des gazaouis en nourriture et  médicaments.

Continuer la lecture de Réflexions sur quelques incohérences de la politique européenne

Le meurtre de l’Europe par l’Allemagne 

par Drieu Godefridi
PhD, Sorbonne

Dans un rapport préparatoire dont le Financial Times s’est procuré la copie et qui sera diffusé la semaine prochaine, la Commission européenne estime que pour atteindre l’objectif de réduire de 90% les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2040, l’Europe devra investir 1500 milliards par an à partir de 2031 jusque 2050.

1500 milliards par an. C’est équivalent à 10% du PIB européen. Par an ! Hors l’effort de guerre, il n’existe aucun objectif d’aucune sorte qui ait jamais commandé le détournement de 10% du PIB d’un continent, par décret politique.

Continuer la lecture de Le meurtre de l’Europe par l’Allemagne 

Quelles sources d’énergies du futur pour la production d’électricité

par Jean-Pierre Schaeken Willemaers
Institut Thomas More – Président du pôle Énergie, Climat, Environnement
publié dans trends.levif le 27 décembre 2023

Les sources d’énergie pour la production d’électricité sont multiples et différemment appréciées dans le monde. Quelques-unes font l’objet d’anathèmes par les uns alors que d’autres les considèrent comme une aubaine.

Les prédilections pour l’une ou l’autre  sont  généralement fonction, dans le monde, de considérations économiques telles que leur disponibilité locale,  leur coût ou  la pollution qu’elles produisent.

D’autre part, des préoccupations de nature plus conjecturale que scientifique ont conduit, surtout en Europe, à vilipender certaines d’entre elles pour ensuite les interdire.

Il est nécessaire d’analyser les propriétés de ces différentes sources et de les comparer afin de pouvoir  identifier celles qui contribueront  le mieux à la production électrique du futur.

Commençons par comparer le nucléaire, source d’énergie qui fait régulièrement la une des médias, aux énergies éolienne et photovoltaïque de loin les plus utilisées parmi les renouvelables.

Le clivage entre les pays en Europe et dans le monde suscité par la production d’électricité à partir de combustible nucléaire a tendance à s’estomper. En effet au deuxième jour de la COP 28 organisé par le Qatar en décembre 2023,  un appel d’une vingtaine de pays à tripler les capacités de l’énergie nucléaire dans le monde d’ici 2050 par rapport à 2020, illustre le regain général d’intérêt pour l’atome. 

Continuer la lecture de Quelles sources d’énergies du futur pour la production d’électricité

COP28 : vers la réhabilitation de l’énergie nucléaire ?

article d’opinion par J. van Vliet, 
Ingénieur civil, Licencié en Sciences, Directeur retraité

1. Le nucléaire fait subitement son retour

Alors que se déroule la conférence COP28, messe annuelle du climat, au moment où le GIEC, suivant une longue tradition, vient de sortir son  N+1ème rapport apocalyptique et nous rappelle journellement (à tort) que l’été 2023 a battu tous les records en matière de température et qu’il ne reste pas plus de cinq minutes pour réduire notre consommation énergétique et les émissions de CO2 qu’elle entraîne, voici que l’énergie nucléaire fait subitement son retour.

Il y a exactement 70 ans, lorsque le Président Eisenhower avait prononcé en 1953 son discours « Atoms for Peace » à l’assemblée générale de l’ONU, l’énergie nucléaire était promise à un brillant avenir. Cependant, cela n’allait pas durer au-delà de l’accident de Three Miles Island, en 1979.

Continuer la lecture de COP28 : vers la réhabilitation de l’énergie nucléaire ?

Un bureaucrate de l’ONU: détruire la science pour nous sauver de «l’ébullition mondiale»

par Wesley J. Smith, publié in The Epoch Times, 8 novembre 2023

« N’écoutez pas ce qu’ils disent, regardez ce qu’ils font » est souvent un bon conseil. Mais parfois ce qu’ils « disent » est précisément ce qu’ils ont l’intention de faire.

Comme dans ce cas : un fonctionnaire des Nations unies s’appelant Volker Türk vient de publier une tribune dans Nature – la revue scientifique la plus prestigieuse au monde – dans laquelle il propose de « protéger le droit à la science » pour lutter contre le « changement climatique ».

Continuer la lecture de Un bureaucrate de l’ONU: détruire la science pour nous sauver de «l’ébullition mondiale»

L’Union européenne. Réflexions à propos d’un mix électrique réaliste en 2050  

       par Jean-Pierre Schaeken Willemaers

Il est bon de rappeler, avant d’aborder le sujet de cet article, que la priorité absolue des femmes et des hommes dénués de tout est de sortir de leur misère et pour celles et ceux qui vivent dans la précarité, est d’améliorer leurs conditions de vie. C’est vrai dans tous les pays quel que soit leur degré de développement.

Une énergie abondante, fiable et bon marché est indispensable pour atteindre ces objectifs. Celle qui est disponible localement est privilégiée aujourd’hui. Il s’agit essentiellement de l’hydraulique, du charbon, du gaz, du pétrole, et, dans une mesure nettement moindre, de la biomasse et de la géothermie.
Le cas de la Chine est significatif à cet égard. Si elle avait annoncé lors de la COP 21 en 2015 qu’elle serait, dès 2020, le premier pays en puissance éolienne et solaire, elle avait ajouté que, d’ici à 2030, elle construirait autant de centrales à charbon qu’elle en avait déjà. La position de l’Inde n’était pas fort différente. Leur pragmatisme l’emporte sur toutes considérations idéologiques.

Ceci devrait interpeller les pays « développés » sur la pertinence de leurs politiques énergétiques, dans le cadre de la transition énergétique, et, en particulier, le calendrier de leur implémentation dans les régions qui n’appartiennent pas à ce bloc.

Continuer la lecture de L’Union européenne. Réflexions à propos d’un mix électrique réaliste en 2050  

Douter du réchauffement climatique anthropique, une aliénation mentale [1] ?

par Ludwik Budyn, Licencié en Sciences Chimiques, ULB

Oui, d’après un psychologue d’une université belge. Lors d’un récent examen écrit, voici la première question posée aux étudiants :

Il ignore évidement les données – d’une unité de recherche de sa propre université – qui mettent à mal, comme on le verra ci-après, ce genre d’affirmations péremptoires.

Plus étonnant, il semble aussi ignorer la littérature de son propre domaine.

Continuer la lecture de Douter du réchauffement climatique anthropique, une aliénation mentale [1] ?

Nouvel article dans la rubrique ‘Opinions’


Lac Moréis, s’il fallait le chauffer d’un seul degré °C

English Version : Lake Moreis, if it had to be heated by just one degree °C

Versione italiana : Il Lago Moeris, se dovesse riscaldarsi di un solo grado °C
(.pdf in PIU Europei Magazine N98, pp.10-12)

Polska wersja : Jezioro Karun, gdyby ociepliło się choćby o jeden stopień °C 

1. INTRODUCTION

Cet article se veut une réflexion sur le lien entre notre consommation d’énergie par rapport à l’énergie liée à un ou plusieurs processus naturels ayant affecté la Terre. Notre consommation mondiale d’énergie peut-elle par exemple modifier la température des océans ? Pour répondre à cette question on peut partir d’un événement naturel, bien documenté, qui a affecté notre planète. Le Lac Moréis, en Égypte, se prête particulièrement bien à cet exercice : profond de 60 à 70 m, il fut asséché il y a 4.200 ans par un réchauffement climatique de portée mondiale, du moins au niveau des régions équatoriales. Ce réchauffement a aussi asséché le Nil en supprimant pendant une vingtaine d’années ses crues. Le résultat en fut une famine importante qui a été la cause de la chute de l’Ancien Empire.

Lire la suite

Le déclin de l’Union européenne?

par Jean-Pierre Schaeken Willemaers, publié le 01.07.2023 in TrendsTendances

L’Europe se trouve à un moment crucial, où il lui faut affirmer sa puissance vis-à-vis des États-Unis et de la Chine et, comme l’avait déjà dit Angela Merkel [1], prendre son destin en main.

L’UE ne pourra jamais rivaliser avec les deux superpuissances précitées sans une convergence des politiques des États membres et, en prérequis, celles de la France et de l’Allemagne qui sont actuellement  largement divergentes en raison de leurs modèles politiques et culturels et dans nombre d’autres domaines, dont : l’économie,  la défense,  l’énergie  et l’immigration.

Continuer la lecture de Le déclin de l’Union européenne?

Open letter to Dr Hoesung Lee, Chair of the IPCC

Avant-propos SCE: A la suite de ses deux derniers articles (ici et ici) consacrés au rapport AR6 de ‘IPCC’, SCE publie la récente lettre ouverte de Clintel au Président de l’IPCC. Cette lettre montre à quel point un désaccord existe sur base scientifique et pointe l’absence de débat malgré cette divergence majeure dans la thématique climatique actuelle.
—————————————————————————————————————————

The Hague, May 25, 2023


Professor Dr. Hoesung Lee, Chair of the IPCC, c/o World Meteorological Organization
7bis Avenue de la Paix C.P. 2300, CH-1211 Geneva 2, Switzerland.

Dear Dr. Hoesung Lee,

With the recently published Synthesis Report, the IPCC finished its sixth assessment cycle, consisting of seven reports in total. An international team of scientists from the 1500-strong Climate Intelligence Foundation (Clintel) has assessed several claims from the Working Group 1 (The Physical Science Basis) and Working Group 2 (Impacts, Adaptation and Vulnerability) reports. Results have been summarized in Clintel’s report The Frozen Climate Views of the IPCC:

Thorough analysis by Clintel shows serious errors in latest IPCC report – Clintel

Continuer la lecture de Open letter to Dr Hoesung Lee, Chair of the IPCC

Optimisme du modélisateur, scepticisme de l’observateur

par J.C. Maurin, professeur agrégé de physique

Depuis le sommet de la Terre à Rio en 1992, l’ONU alerte sur une menace climatique. Ses mises en garde récurrentes auraient pour origine un consensus des scientifiques dont les rapports du GIEC (AR = Assessment Report) seraient la traduction.
Le sixième cycle d’évaluation du GIEC s’est terminé en mars 2023 avec la publication du ‘Rapport de Synthèse’. Ce cycle a duré 8 ans et produit plusieurs rapports correspondant à un total de ≈ 10 000 pages.
C’est le groupe de travail 1 du GIEC qui a évalué la science physique du changement climatique et qui a élaboré le rapport AR6 WG1 (WG1 = Working Group 1). Ce rapport est intitulé ‘The Physical Science Basis ‘, il comporte environ 2 400 pages. II a été rédigé par 234 auteurs assistés de ≈ 800 contributeurs [1] .
C’est le bureau du GIEC qui a sélectionné et supervisé les ≈ 1000 rédacteurs/ auteurs /contributeurs :
– à partir de statistiques, l’article montre que les modélisateurs semblent bien plus influents que les observateurs,
– avec un exemple pris dans le chapitre 5, l’article suggère que ce déséquilibre modélisation / observation tend à transformer de simples hypothèses en quasi certitudes.

Un lecteur intéressé par l’examen critique de l’AR6 peut consulter l’analyse de Clintel ou bien son compte-rendu par Alain Préat ici
Le lecteur trouvera ici et  les précédentes critiques de l’AR6 par SCE-info. 
Le présent article concerne seulement la publication AR6 WG1 parue en 2021, mais ce sont bien ces 2 400 pages de ‘The Physical Science Basis‘ qui justifieraient scientifiquement l’alarmisme des Nations Unies sur le climat. [1]

Deux fables de La Fontaine illustrées par Granville

Continuer la lecture de Optimisme du modélisateur, scepticisme de l’observateur

Le paradigme de la science moderne est en danger

par Ernest MUND
Directeur de recherches honoraire du FNRS,
Professeur extraordinaire émérite UCL.

L’affirmation peut surprendre. Elle a cependant pleinement du sens si l’on accorde toute l’attention nécessaire au mouvement appelé wokisme. Le danger est loin d’être extrême mais il faut le mettre en lumière afin d’en prévenir des conséquences potentielles très  néfastes.

Le terme ‘wokisme’ est issu du vocable afro-américain ‘woke’ qui se traduit par éveillé.
Il désigne la conscience de problèmes liés à la justice sociale et rappelle les nombreux réveils de puritanisme qui se sont produits aux Etats-Unis depuis leur création en 1776. C’est la raison pour laquelle le philosophe J.F. Braunstein qualifie le mouvement de religion dans l’ouvrage fondamental qu’il a consacré au sujet [1]. Le mouvement a pris racine dans des cercles universitaires américains promouvant la théorie du genre et dénonçant dans la foulée la biologie en tant que science viriliste, voire même raciste parce que développée par des mâles hétérosexuels blancs. 

Galilée et la lunette d’observation du firmament

Continuer la lecture de Le paradigme de la science moderne est en danger

Elia pris au piège de la transition énergétique ? 

par Jean-Pierre Schaeken Willemaers, publié le 10.05.2023 in European Scientist

Dans cette analyse Jean-Pierre Schaeken Willemaers se penche sur les objectifs d’Elia, entreprise belge de transport d’électricité (de 30 kV à 380 kV) chargée d’assurer la stabilité du réseau électrique haute tension, dans le contexte de la transition énergétique. Elia est le gestionnaire de ce réseau, des interconnexions avec le réseau trans-européen ainsi que du réseau 50 Herz de l’est de l’Allemagne. Elle assure le développement et l’entretien de son infrastructure. Les grandes entreprises y sont directement raccordées. Elle veille à chaque instant à l’équilibre entre la production et la consommation d’électricité. Vue sa position géographique au cœur de l’Europe, elle est également un acteur essentiel du marché de l’électricité et du réseau interconnecté. Le développement du réseau électrique belge s’inscrit dans la politique climatique européenne qui vise à une décarbonation quasi totale de ce secteur d’ici à 2050, via l’intégration massive de sources d’énergie renouvelable et l’intégration avec le réseau de transmission européen. 

Continuer la lecture de Elia pris au piège de la transition énergétique ? 

Le délitement de la démocratie qui mine la France

par J.P. Schaeken Willemaers Institut Thomas More ex membre comité direction Engie Tractebel EG, paru dans Atlantico, 27 mars 2023

Une réflexion sur la démocratie, en particulier occidentale, implique de s’interroger sur l’évolution de la société et l’impact de celle-ci sur les valeurs démocratiques.

Continuer la lecture de Le délitement de la démocratie qui mine la France

Transition technologique accélérée et risque de verrouillages pernicieux

Samuel Furfari, Université Libre de Bruxelles
Ernest Mund, FNRS et Université Catholique de Louvain

Résumé

De nombreux dirigeants politiques dans le monde veulent éliminer les combustibles fossiles comme sources d’énergie primaire et les remplacer à un horizon de quelques décennies par des sources de trace carbone minimale, pour faire face aux menaces pesant sur le climat. La réussite d’une telle démarche doit tenir compte de mécanismes inhérents aux transitions de technologie, difficiles à maîtriser. Ces transitions nécessitent du temps. Les précipiter peut conduire à des résultats éloignés d’un optimum, la conquête progressive du marché par des solutions très performantes pouvant être bloquée par des choix de qualité moindre, un phénomène désigné sous le nom de ‘verrouillage’. L’analyse faite dans ce travail est axée sur la production d’électricité sans trace carbone pour laquelle tout semble indique qu’une situation de ce type pourrait se présenter.

Mots-clés : Transition énergétique, Facteur temps, Verrouillages technologiques

Continuer la lecture de Transition technologique accélérée et risque de verrouillages pernicieux

Désastres naturels 2022, rien de nouveau sous le soleil

par Ludwik Budyn, Licencié en Sciences Chimiques, Université Libre de Bruxelles

Aucun signe, en 2022, du déferlement de désastres naturels annoncé régulièrement dans les discours publics et les colonnes des médias.

Il est vrai que la prévision est un art difficile, surtout lorsqu’elle concerne l’avenir.

Heureusement, faute de catastrophes, on peut toujours compter sur nos habituels envoyés spéciaux pour jouer les prophètes de malheur. Avec, cette fois, des rôles à contre-emploi.

Ainsi, le toujours désopilant secrétaire général de l’ONU, pourtant socialiste, qui nous menace d’un « enfer climatique » d’ici dix ans :

« Nous sommes sur une autoroute vers l’enfer climatique avec le pied toujours sur l’accélérateur…   L’humanité a le choix : coopérer ou périr. C’est soit un pacte de solidarité climatique, soit un pacte de suicide collectif. Dans le même temps, nous devons reconnaître une dure vérité : il n’y a pas d’adaptation possible à un nombre croissant d’événements catastrophiques causant d’énormes souffrances dans le monde. Les effets mortels du changement climatique sont là et maintenant. La lutte mondiale contre le changement climatique sera gagnée ou perdue au cours de cette décennie cruciale [1]».

Continuer la lecture de Désastres naturels 2022, rien de nouveau sous le soleil

Les tribulations de l’industrie européenne

Jean-Pierre Schaeken Willemaers, Institut Thomas More 
Président du pôle Énergie, Climat, Environnement

Ces dernières décennies, les décideurs politiques européens ont sous-estimé l’importance de l’industrie manufacturière. Ce n’est que depuis quelques années qu’ils se sont rendus à l’évidence que sans une industrie florissante, l’Union européenne (UE) risque de devenir une puissance secondaire, laissant le champ libre aux superpuissances que sont les États-Unis et la Chine.

L’UE et ses États membres se sont focalisés  sur la politique climatique, mobilisant des moyens financiers et humains énormes diminuant d’autant les ressources nécessaires au développement de son industrie et fragilisant la sécurité d’approvisionnement énergétique. La priorité absolue de « sauver la planète »  est très largement diffusée par nombre de médias européens et en particulier, par la télévision qui s’y réfère quotidiennement dans ses actualités, publicités, débats et interviews.

L’avalanche de ces messages quasi identiques et sans cesse répétés est-elle un signe précurseur de l’imposition d’une pensée unique ?

Continuer la lecture de Les tribulations de l’industrie européenne

Les mutations de la mondialisation

Jean-Pierre Schaeken Willemaers, Institut Thomas More ,
Président du pôle Énergie, Climat, Environnement
paru dans Trends_le Vif le 4/01/2023

Après trente années de mondialisation croissante, les crises successives (financière, sanitaire et la guerre en Ukraine) ont bouleversé l’économie mondiale et provoqué un repli sur soi. Le protectionnisme n’est plus un gros mot.
La sécurité énergétique s’impose comme une priorité des gouvernements, en particulier, européens. Ce n’est, d’ailleurs, pas la seule préoccupation : l’approvisionnement en matières premières et en denrées alimentaires est devenu un souci quotidien.

Visite du chancelier allemand Olaf Scholz à Pékin, début novembre. © AFP
Continuer la lecture de Les mutations de la mondialisation

« Le nombre total des catastrophes est stable depuis les deux dernières décennies » déclare une organisation internationale

par Ludwik Budyn, Licencié en Sciences Chimiques, Université Libre de Bruxelles

Le 5 mai 2021, l’IFRC (International Federation of Red Cross) a publié un long rapport intitulé :

« Rapport sur les catastrophes dans le monde 2020 – Contre Marées et Chaleurs [1]»

On y trouve le graphique et le commentaire suivants :

« Le nombre des phénomènes météorologiques et climatiques extrêmes déclenchés par des aléas naturels augmente depuis les années 1960 et a progressé de presque 35 % depuis les années 1990 (voir figure 1.1)… Même quand le nombre total des catastrophes s’est stabilisé au cours des deux dernières décennies [2]» !

Continuer la lecture de « Le nombre total des catastrophes est stable depuis les deux dernières décennies » déclare une organisation internationale

“Is a good sketch better than a long speech?”

Small reasoning applied to a media content on COP27

by Christian Seyve

On November 7, 2022, I suddenly felt very interested in a map published by « The Great Continent » (Ref. 1, Fig. 1). This was the centerpiece of a paper entitled: What’s at stake at the COP27? I was instantly struck by the message transmitted by this image. 

It represented on a world map, the participation of the government’s representatives, in the opening ceremony of the conference. It showcased the involvement of these countries, in finding solutions to climate challenges. But for me, it also brought to light another reality: that a majority of representatives of the world states chose not to take part in COP27! 

I did not guess at that time, that it was a harbinger of the disappointing results, obtained two weeks later…The purpose of this note is to analyze, then to complement this image, and to try to answer to the questions it raises.

Continuer la lecture de “Is a good sketch better than a long speech?”

Quelles réponses à la crise énergétique européenne ?

Jean-Pierre Schaeken Willemaers, Institut Thomas More ,
Président du pôle Énergie, Climat, Environnement

Confrontée à la grave inadéquation entre l’offre et la demande énergétiques et en particulier d’électricité, la Commission européenne a enfin réalisé qu’il faut donner la priorité à la sécurité d’approvisionnement, y compris fossile, pour faire face aux risques géopolitiques.

La flambée actuelle des prix de l’énergie n’est que le dernier symptôme d’un mal profond. Il y a 25 ans, l’UE avait décidé d’instaurer la concurrence entre les producteurs d’électricité, l’objectif étant une meilleure compétitivité par une pression sur les prix. Force est de constater que le résultat de cette initiative de la Commission a déstructuré les systèmes électriques, ce qui a conduit à priver certains pays de l’Union du contrôle de leur capacité électrique.

Continuer la lecture de Quelles réponses à la crise énergétique européenne ?

Nouvel article dans la rubrique ‘Opinions’

Santé, Climat, CO2 : « QUOI QU’IL NOUS EN COÛTERA ? »

Ainsi le décident, pleines d’incertitudes mais avec force d’autorité l’UE, l’OMS, l’ONU-PNUE… tandis que des contestations pourtant pertinentes sont très fréquemment étouffées ! Si ces ‘injonctions’ sont émises par des institutions bourrées d’illogismes et d’inconséquences, comment y faire entendre des avis fondés sur une ‘science rigoureuse’ ? 

L’embargo sur le pétrole russe: une sanction inefficace?

Jean-Pierre Schaeken Willemaers, Institut Thomas More ,
Président du pôle Énergie, Climat, Environnement
publié à Trends-tendances, le 07.06.2022

Le sixième paquet de sanctions contre la Russie, dont l’embargo progressif sur le pétrole russe, divise une nouvelle fois l’Union européenne.

Devant la levée de boucliers de certains États membres particulièrement touchés par les séquelles de l’embargo sur le pétrole russe, la Commission a été contrainte de le restreindre aux livraisons maritimes, permettant aux pays enclavés tels que la Hongrie, la République tchèque, la Slovaquie et la Roumanie, dont la dépendance au gaz russe peut aller jusqu’à 100%, d’assurer leur approvisionnement par oléoduc.

Quelles que soient les préoccupations au sein de l’UE, il est urgent qu’elle s’interroge sur l’efficacité de sa politique d’embargos. Est-elle de nature à faire fléchir Vladimir Poutine et à le décider de mettre fin à cette guerre?

A fence of metal mesh behind which the Russian flag
Continuer la lecture de L’embargo sur le pétrole russe: une sanction inefficace?