La Terre devient un paradis

par Ludwik Budyn, Licencié en Sciences Chimiques, ULB

Le réalisme, c’est la capacité de voir et d’accepter la réalité telle qu’elle est [1]. C’est cela être climato-réaliste [2]. Les faits montrent que le léger réchauffement climatique actuel, consécutif à la sortie du petit âge glaciaire, produit d’importants effets bénéfiques. De plus, il n’engendre pas les désastres annoncés, depuis des dizaines d’années, par les prévisions basées sur des modèles mathématiques [3] :

« Les prévisions véritablement apocalyptiques ne peuvent être observées que dans leur échec – c’est-à-dire que le monde ne s’est pas terminé comme prévu [4] ».

C’est la réalité qui a raison et non les modèles. Voilà ce que cette réalité nous apprend :

La planète bleue reverdit

Les images satellitaires recueillies par la NASA depuis des décennies montrent [5] une augmentation significative de la surface foliaire dans les régions végétalisées de la planète. Le gain de superficie réalisé durant cette période représente deux fois le territoire des États-Unis.

Ce phénomène est global, touche la vaste majorité de la planète et les zones en vert sombre dans l’image ci-dessus, signe d’une augmentation de plus de 50% de la surface foliaire, sont nombreuses et disséminées un peu partout. Même des régions désertiques [6] sont lentement reconquises par la végétation.

Dans un article [7] collectif de la revue Nature, les chercheurs de 24 institutions soutiennent que c’est l’effet fertilisant du gaz carbonique, CO2, qui explique en grande partie l’essor de la flore et le verdissement de la planète observé par la NASA ces 30 dernières années.

————-

Ces florissantes nouvelles n’empêchent pas Le Monde de se lamenter :

« La planète verdit, pourquoi c’est surtout une mauvaise nouvelle [8] ».

On croit rêver !

La nourriture abonde

Sous ces nouvelles conditions climatiques, les végétaux poussent plus rapidement, sont plus robustes [9], apprécient une température plus élevée et consomment moins d’eau [10].

C’est, évidemment, aussi vrai pour les cultures agricoles.

Et cela se manifeste dans les statistiques [11] publiées par la FAO [12] qui montrent que les récoltes des principales denrées agricoles explosent :

On remarque que le tonnage récolté augmente dans une proportion plus importante, entre 20 et 35%, que la surface récoltée. Et ce, même lorsque cette surface diminue ou reste identique.

Ce gain de productivité pourrait résulter principalement de l’amélioration des techniques agricoles et donc, de facteurs purement humains. Mais, même si cela a joué un rôle certain, il resterait alors à expliquer la prolifération des végétaux sauvages sur l’ensemble de la planète, là où ces facteurs n’entrent pas en ligne de compte.

Ces nombres réfutent l’idée véhiculée par les médias selon laquelle le réchauffement climatique provoquerait une pénurie de produits alimentaires dans le monde.

La fin des faims

Ces excellents résultats agricoles devraient permettre, d’après le programme [13] établi par la FAO, d’éradiquer totalement la faim dans le monde d’ici neuf ans, en 2030 !  Et ce, malgré l’accroissement continuel de la population mondiale.

Ainsi, pour la première fois dans l’histoire, une des plaies affligeant l’humanité disparaîtrait complètement. Qui aurait osé rêver d’une telle réussite !

————-

Mais L’Echo, à qui on ne la fait pas, parvient tout de même à percevoir dans cette « success story » une catastrophe et nous l’explique doctement :

« Le réchauffement climatique met en danger la sécurité alimentaire mondiale [14] ».

Grâce au réchauffement climatique, on vivra plus vieux.

Une étude [15] internationale portant sur 74 millions cas de décès dans 13 pays sur une période de 27 ans montre que le froid tue 20 fois plus que la chaleur.

C’est le froid modéré, de loin le plus meurtrier, qui sera davantage réduit par une légère montée de température. Et donc l’espérance de vie devrait grimper en même temps que la concentration de CO2  dans l’atmosphère. En tous cas, si l’on croit qu’il y a un lien entre la température et la présence de CO2.

————-

C’est donc bien à propos que Le Point s’alarme :

« Allons-nous tous mourir de chaud [16] ? ».

Probablement pas, comme on vient de le voir et, heureusement, BFMTV est là pour nous rassurer :

« Réchauffement climatique : baisse de l’espérance de vie [17] ».

La Terre s’apaise

Enfin, une Terre plus chaude est également une Terre plus calme. Depuis au moins 21 ans, le nombre de désastres naturels diminue [18] graduellement, comme le montrent les données récoltées par le CRED (Center for Research on the Epidemiology of Disasters [19]), une unité de recherche de l’Université Catholique de Louvain :

La planète elle-même semble apprécier le renouveau printanier et en fait profiter ses habitants.

————-

Ce qu’un média résume avec subtilité :

« Réchauffement climatique : la Terre sera bientôt inhabitable pour l’Homme [20]».

————-

Finalement, une légère augmentation de la température rendrait habitables et cultivables les vastes étendues septentrionales du Canada et de la Russie. Ces espaces, enfin libérés du froid permanent, deviendraient disponibles pour l’humanité.

————-

La Terre reverdit, les déserts refleurissent, les récoltes croissent, le spectre ancestral de la famine s’éloigne définitivement de l’humanité, des nombreux hommes ne mourront plus de froid…

D’incroyables nouvelles aptes à redonner espoir et courage !

Mais ces faits, lorsqu’ils sont cités, ce que la grande majorité de la presse évite soigneusement de faire, sont minorés et dépréciés.

On préfère, pour nous rendre plus malléables, nous abreuver avec un flot de prévisions apocalyptiques toutes plus effrayantes les unes que les autres.

Cette totale coupure entre la réalité et la vision qu’en donnent des médias pourrait, découverte extraordinaire, constituer la preuve de l’existence de dimensions parallèles imbriquées !

Mais cette constante obstination à (se) tromper peut aussi avoir des raisons plus sombres.

Soit le journalisme est définitivement mort dans nos contrées.

Soit, plus probablement, les prémonitions d’Orwell sont en train de se concrétiser.

La  « double pensée », telle qu’il l’a décrite [21]

« La doublepensée… [c’]est d’employer la duperie consciente, tout en retenant la fermeté d’intention qui va de pair avec l’honnêteté véritable. Dire des mensonges délibérés tout en y croyant sincèrement, oublier tous les faits devenus gênants puis, lorsque c’est nécessaire, les tirer de l’oubli pour seulement le laps de temps utile, nier l’existence d’une réalité objective alors qu’on tient compte de la réalité qu’on nie, tout cela est d’une indispensable nécessité [22] »,

domine maintenant les médias.


Références

[1] Réalisme : tendance littéraire et artistique du XIXe s., qui privilégie la représentation exacte, tels qu’ils sont, de la nature, des hommes, de la société, https://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/r%C3%A9alisme/86007.

[2] Et non climato-sceptique : https://geeko.lesoir.be/2019/10/11/google-soutient-financierement-des-organisations-climato-sceptiques/?_ga=2.161612284.1521810091.1570886518-585849569.1550436865

[3] https://www.eurekalert.org/pub_releases/2021-02/coec-tro022421.php

[4] Liste des catastrophes non advenues : https://www.inderscience.com/info/inarticle.php?artid=112896. Pour l’article complet : https://junkscience.com/wp-content/uploads/2021/02/Apocalypse-Now-IJGW.pdf

[5] https://www.nasa.gov/feature/goddard/2016/carbon-dioxide-fertilization-greening-earth

[6] Deserts  » greening » from rising CO2  : Randall J. Donohue et al., « Impact of CO2  fertilization on maximum foliage cover across the globe’s warm, arid environments » Geophysical Research Letters, (2013) : https://agupubs.onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1002/grl.50563 

[7] « Simulations with multiple global ecosystem models suggest that CO2 fertilization effects explain 70% of the observed greening trend » : Zaichun Zhu et al., « Greening of the Earth and its drivers », Nature (2016) : https://www.nature.com/articles/nclimate3004.

[8] https://www.youtube.com/watch?v=FK7-8_HnvwQ.

[9] https://www.youtube.com/watch?v=P2qVNK6zFgE

[10] Delphine Deryng et al., « Regional disparities in the beneficial effects of rising CO2 concentrations on crop water productivity », Nature (2016) : https://www.nature.com/articles/nclimate2995.

[11] http://www.fao.org/faostat/fr/#data/QC/visualize

[12] Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture : http://www.fao.org/home/fr/.

[13] http://www.fao.org/3/i6196e/i6196e.pdf 

[14] https://www.lecho.be/economie-politique/international/general/le-rechauffement-climatique-met-en-danger-la-securite-alimentaire-mondiale/10152095.html

[15] https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(14)62114-0/fulltext

[16] « Un nouveau rapport prévoit que 75 % des habitants de la planète risquent de mourir de chaud d’ici à 2100, selon la revue Nature » : https://www.lepoint.fr/environnement/allons-nous-tous-mourir-de-chaud-07-07-2018-2234088_1927.php.  L’étude en question : https://www.nature.com/articles/nclimate3322

[17] https://rmc.bfmtv.com/emission/rechauffement-climatique-baisse-de-l-esperance-de-vie-et-arrivee-de-poissons-aliens-a-marseille-892177.html

[18] https://www.science-climat-energie.be/2021/05/21/la-catastrophe-planetaire-annoncee-pour-quand-exactement/

[19] https://www.cred.be/

[20] « Une nouvelle étude scientifique examine les différentes rétroactions qui conduiront probablement notre planète à devenir invivable pour l’humanité » : https://www.notre-planete.info/actualites/1441-rechauffement-climatique-Terre-non-retour.  L’étude en question : https://www.pnas.org/content/115/33/8252

[21] Orwell, Georges. 1984, Gallimard.

[22] Ou encore : « La double pensée est le pouvoir de garder à l’esprit simultanément deux croyances contradictoires, et de les accepter toutes deux… [on] joue avec la réalité, mais, par l’exercice de la double pensée, [on] se persuade que la réalité n’est pas violée. Le processus doit être conscient, autrement il ne pourrait être réalisé avec une précision suffisante, mais il doit aussi être inconscient. Sinon, il apporterait avec lui une impression de falsification et, partant, de culpabilité ».

1 réflexion sur « La Terre devient un paradis »

  1. Ce sont CES informations qui devraient faire la une des journaux, pas les infos apocalyptiques sur le climat. Magnifique article d’une grande valeur et à partager au maximum. Je vous encourage dans la rédaction de ce type d’article !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.