Archives de catégorie : température globale

‘Température moyenne globale’ pour novembre 2019

Le site SCE met chaque mois la mise au point ou ‘update’ de la ‘température moyenne globale’ établie officiellement à partir des données satellitaires UAH. Les données de base et des informations complémentaires sont accessibles sur le site de Roy W. Spencer.

L’écart de température pour novembre 2019 est de + 0,09°C par rapport au mois d’octobre 2019. L’évolution de la température est de +0,13°C/décade de janvier 1979 à février 2019, soit 0,01°C/an.

Continuer la lecture de ‘Température moyenne globale’ pour novembre 2019

L’Optimum Climatique Médiéval : ce Grand Oublié !

par Prof. Dr Alain Préat, Université Libre de Bruxelles

1/ Introduction

Comme rappelé dans un précédent article (ici) les événements hyperthermiques sont fréquents tout au long de l’histoire de la Terre. Bien que fréquents et étudiés avec détail, force est de reconnaître que le ‘fin’ mot de leur origine n’est toujours pas connu, sauf à leur attribuer à tous un lien de parenté avec l’un ou l’autre des gaz dits à effet de serre, sans qu’une démonstration en bonne et due forme soit présentée. C’est ce que décortique l’article paru dans SCE (ici) pour un des événements hyperthermiques les plus intenses (événement PETM pour Paleocene-Eocene Thermal Maximum) s’étant déroulé au début de l’ère Cénozoïque il y a environ 56 millions d’années. Continuer la lecture de L’Optimum Climatique Médiéval : ce Grand Oublié !

CARTE BLANCHE : La position des stations météorologiques pose problème (2/2)

par Carl-Stéphane Huot, Diplômé en génie mécanique et industriel, U. Laval, Québec

Ce texte fait suite au précédent (ici) qui présentait les résultats de calculs statistiques sur l’évolution dans le temps de la position dans l’espace des stations météorologiques qui sont utilisées pour calculer le climat mondial. Le premier texte utilisait la version 3 du GHCN tel que fournit par le GISS. En juin 2019, la version 4 est devenue active. J’étais déjà en révision du premier texte, que j’ai décidé de publier malgré mes résultats liés à l’utilisation de la version 3. Comme le nombre de stations a sensiblement augmenté,  passant de 7400 dans la version 3 à 22000 dans la version 4,  il devenait particulièrement intéressant de poursuivre l’analyse précédente (version 3) avec la version 4 afin de voir si les conclusions se confirmaient ou non.

Continuer la lecture de CARTE BLANCHE : La position des stations météorologiques pose problème (2/2)

‘Température moyenne globale’ pour octobre 2019

Le site SCE met chaque mois la mise au point ou ‘update’ de la ‘température moyenne globale’ établie officiellement à partir des données satellitaires UAH. Les données de base et des informations complémentaires sont accessibles sur le site de Roy W. Spencer.

L’écart de température pour octobre 2019 est de – 0,15°C par rapport au mois de septembre 2019. L’évolution de la température est de +0,13°C/décade de janvier 1979 à février 2019, soit 0,01°C/an. Continuer la lecture de ‘Température moyenne globale’ pour octobre 2019

‘Température moyenne globale’ pour septembre 2019

Le site SCE met chaque mois la mise au point ou ‘update’ de la ‘température moyenne globale’ établie officiellement à partir des données satellitaires UAH. Les données de base et des informations complémentaires sont accessibles sur le site de Roy W. Spencer.

L’écart de température pour septembre 2019 est de +0,23°C par rapport le mois d’aôut 2019. L’évolution de la température reste de +0,13°C/décade de janvier 1979 à février 2019, soit 0,01°C/an.

Continuer la lecture de ‘Température moyenne globale’ pour septembre 2019

Une brève histoire du climat

par Egbert Egberts
Master en théologie

ATTENTION ! Cet article pourrait permettre d’économiser des milliards d’euros…

Après un été avec des températures au-dessus de 40°C, les prédictions de catastrophes sont allé bon train. “Si on ne fait rien, …” Nos politiques, pressés par une (petite) partie de leur électorat, proposent des mesures à faire pâlir les contribuables impuissants que nous sommes. Pensez aux mille milliards d’euros que veut dépenser la nouvelle présidente de la Commission européenne pour juguler le climat et limiter le réchauffement climatique.

Dans l’ensemble, on traite cette question sans aucun regard en arrière. Comme si le changement climatique était un phénomène nouveau, qui nous est tombé dessus parce qu’on roule en voiture. Cependant, il ne s’agit pas d’un phénomène nouveau et le monde francophone est particulièrement bien placé pour le savoir. Nous possédons un livre fouillé sur l’évolution du climat entre l’an 58 avant Jésus-Christ et 1842 A. D., un véritable trésor ! Pourquoi ? Parce que cela nous donne le recul indispensable pour mieux comprendre ce qui nous arrive aujourd’hui. En 1845, Joseph-Jean-Nicolas Fuster a publié son livre de 503 pages Des changements dans le climat de la France : histoire de ses révolutions météorologiques aux éditions Capelle à Paris.[1] Son livre nous résume ainsi l’évolution du climat pendant presque deux millénaires. Continuer la lecture de Une brève histoire du climat

Recent global heat waves are correlated to an exceptional solar cycle 24

Opinion paper by J. van Vliet
Master in Engineering and Master in Sciences
Retired

French version

Belgium and France were recently affected by an extreme heat wave that took place between 24 and 27 July 2019. This heat wave was in many aspects presented as unprecedented and it has therefore unlocked a large scale reaction by many media. After a few days to cool down, the time has come to express a non-emotional and non-political opinion about such a strong heat wave.

Emotional reactions were normal in such circumstances: the temperatures were extreme and even if France and Belgium were much better prepared that for the 2003 heat wave, the present heat wave has led to important suffering for many poor people or people in bad health and without access to air conditioning.

The heat wave unlocked also many political reactions: it was an opportunity to press once more the threatening mantra of United Nations[1] and IPCC that mankind is responsible for this catastrophic warming and is destroying its own and only planet. A whole caste of politicians, countless academics and so-called “experts”, lobbyists, bureaucrats and NGOs claim that it is urgent to take “strong” measures going up to the replacement of democracy by climatist[2] despotism: even children are enlisted in the political arena. These people number in hundreds of thousands and probably more and they communicate loudly and repeatedly at the UN, through IPCC reports and COP events, in the media and in the streets. Does this imply they are right ? Has mankind something to do with these high temperatures ?

Let us look coolly at some facts. Continuer la lecture de Recent global heat waves are correlated to an exceptional solar cycle 24

‘Température moyenne globale’ pour août 2019

Le site SCE met chaque mois la mise au point ou ‘update’ de la ‘température moyenne globale’ établie officiellement à partir des données satellitaires UAH. Les données de base et des informations complémentaires sont accessibles sur le site de Roy W. Spencer.

L’écart de température pour août 2019 est le même que pour celui de juillet 2019. L’évolution de la température reste de +0,13°C/décade de janvier 1979 à février 2019, soit 0,01°C/an.

Août 2019 est le 4e août le plus chaud des 41 années d’enregistrements par satellite, derrière 1998 (+0,52°C), 2016 (+0,44°C) et 2017 (+0,42°C).

nb SCE a récemment discuté la signification de ‘la température moyenne globale’ ici et ici.

‘Température moyenne globale’ pour juillet 2019

Le site SCE met chaque mois la mise au point ou ‘update’ de la ‘température moyenne globale’ établie officiellement à partir des données satellitaires UAH. Les données de base et des informations complémentaires sont accessibles sur le site de Roy W. Spencer.

L’écart de température pour juillet 2019 est de -0,11 °C par rapport au mois de  juin 2019. L’évolution de la température est de +0,13°C/décade de janvier 1979 à février 2019, soit 0,01°C/an.

 

nb SCE a récemment discuté la signification de ‘la température moyenne globale’ ici et ici.

CARTE BLANCHE : La localisation temporelle et géographique des stations de mesure de la température pose des problèmes (1/2)

 

par Carl-Stéphane Huot, Diplômé en génie mécanique et industriel, U. Laval, Québec

 

La notion de réchauffement climatique préoccupe bon nombre de gens depuis des années. Cependant, ce réchauffement apparent pourrait être influencé par le déplacement de stations météorologiques vers les zones plus chaudes de la planète, soit plus  près de l’équateur, soit à des altitudes plus basses.  La modélisation du climat est aussi influencée par l’existence de régions sans, ou avec très peu, de stations météorologiques. Continuer la lecture de CARTE BLANCHE : La localisation temporelle et géographique des stations de mesure de la température pose des problèmes (1/2)

Climate: about which temperature are we talking about?

Samuel Furfari,  Professeur à l’Université libre de Bruxelles,
et Henri Masson, Professeur (émérite) à l’Université d’Antwerpen

Version française ici

Is it the increase of temperature during the period 1980-2000 that has triggered the strong interest for the climate change issue? But actually, about which temperatures are we talking, and how reliable are the corresponding data?

Continuer la lecture de Climate: about which temperature are we talking about?

‘Température moyenne globale’ pour juin 2019

Le site SCE met chaque mois la mise au point ou ‘update’ de la ‘température moyenne globale’ établie officiellement à partir des données satellitaires UAH. Les données de base et des informations complémentaires sont accessibles sur le site de Roy W. Spencer.

L’écart de température pour juin 2019 est de + 0,15 °C par rapport au mois de mai 2019. L’évolution de la température est de +0,13°C/décade de janvier 1979 à février 2019, soit 0,01°C/an.

 

‘Température moyenne globale’ pour mai 2019

Le site SCE met chaque mois la mise au point ou ‘update’ de la ‘température moyenne globale’ établie officiellement à partir des données satellitaires UAH. Les données de base et des informations complémentaires sont accessibles sur le site de Roy W. Spencer.

L’écart de température pour mai 2019 est de – 0,12 °C par rapport au mois d’avril 2019. L’évolution de la température reste de +0,13°C/décade de janvier 1979 à février 2019, soit 0,01°C/an.

 

 

‘Température moyenne globale’ pour avril 2019

Le site SCE met chaque mois la mise au point ou ‘update’ de la ‘température moyenne globale’ établie officiellement à partir des données satellitaires UAH. Les données de base et des informations complémentaires sont accessibles sur le site de Roy W. Spencer.

L’écart de température pour avril 2019 est de + 0,10 °C par rapport au mois de mars 2019. L’évolution de la température reste de +0,13°C/décade de janvier 1979 à février 2019, soit 0,01°C/an.

 

‘Température moyenne globale’ pour mars 2019

Le site SCE met chaque mois la mise au point ou ‘update’ de la ‘température moyenne globale’ établie officiellement à partir des données satellitaires UAH. Les données de base et des informations complémentaires sont accessibles sur le site de Roy W. Spencer.

L’écart de température pour mars 2019 est de -0,02°C par rapport au mois de février 2019. L’évolution de la température reste de +0,13°C/décade de janvier 1979 à janvier 2019, soit 0,01°C/an.

 

‘Température moyenne globale’ pour février 2019

Le site SCE met chaque mois la mise au point ou ‘update’ de la ‘température moyenne globale’ établie officiellement à partir des données satellitaires UAH. Les données de base et des informations complémentaires sont accessibles sur le site de Roy W. Spencer.

L’écart de température pour février 2019 est de -0,01°C par rapport au mois de janvier 2019. L’évolution de la température reste de +0,13°C/décade de janvier 1979 à janvier 2019, soit 0,01°C/an.

 

 

A propos des indicateurs de température par satellites (2/2)

par J.C. Maurin, Professeur agrégé de physique

Afin d’élaborer les indicateurs de température, on utilise des radiomètres MSU, AMSU ou ATMS embarqués sur des satellites, puis on construit l’indicateur à partir des mesures et de diverses corrections. On obtient ainsi un indicateur qui concerne la quasi-totalité du globe, contrairement aux indicateurs terrestres basés essentiellement (avant 1980) sur quelques milliers de stations américaines et européennes. Au sujet des mesures par satellites, et sans être spécialiste dans ce domaine, un physicien peut néanmoins donner quelques éléments d’appréciation qu’ignore parfois un lecteur intéressé par la climatologie. Le but de la seconde partie de l’article sera atteint si ce lecteur a appris des éléments nouveaux, il pourra ensuite approfondir la question par lui-même. Continuer la lecture de A propos des indicateurs de température par satellites (2/2)

A propos des indicateurs de température par satellites (1/2)

par J.C. Maurin, Professeur agrégé de physique

A partir des notions intuitives de chaleur et température, les physiciens (Carnot, Thomson, Clausius, Maxwell, Boltzmann) arrivèrent progressivement à la notion scientifique de température thermodynamique. La Conférence Générale des Poids et Mesures  adopta en 1927 l’échelle thermodynamique proposée en 1911, puis l’unité kelvin en 1954.
La notion de température thermodynamique nécessite que l’équilibre thermique soit atteint, ce qui n’est pas le cas dans l’atmosphère de la Terre. Il n’existe pas une « température thermodynamique de l’atmosphère ». A défaut, on utilise une « moyenne des températures » mesurées en divers points de l’atmosphère. Mais la température thermodynamique étant une grandeur intensive, une moyenne, quelle que soit son élaboration, ne peut jouer qu’un rôle d’indicateur. L’usage est néanmoins d’utiliser le kelvin pour les indicateurs. On exprimera de préférence les variations des indicateurs sous forme relative. L’indicateur va être dépendant de l’échantillonnage (spatial et temporel) des mesures et surtout de son mode d’élaboration.
Continuer la lecture de A propos des indicateurs de température par satellites (1/2)

Température moyenne globale’ pour janvier 2019

 

Le site SCE met chaque mois la mise au point ou ‘update’ de la ‘température moyenne globale’ établie officiellement à partir des données satellitaires UAH. Les données de base et des informations complémentaires sont accessibles sur le site de Roy W. Spencer.

L’écart de température pour janvier 2019 est de +0,12°C par rapport au mois de décembre 2018. L’évolution de la température reste de +0,13°C/décade de janvier 1979 à décembre 2018, soit 0,01°C/an.

 

 

 

 

‘Température moyenne globale’ pour décembre 2018

Le site SCE met chaque mois la mise au point ou ‘update’ de la ‘température moyenne globale’ établie officiellement à partir des données satellitaires UAH. Les données de base et des informations complémentaires sont accessibles sur le site de Roy W. Spencer.

L’année 2018 a été la  6ème plus chaude (température moyenne globale :  +0,23°C) depuis 1979. L’évolution de la température reste de +0,13°C/décade de janvier 1979 à décembre 2018, soit 0,01°C/an.

L’écart de température pour décembre 2018 est de 0,25°C, soit un écart un peu moins élevé que celui de novembre 2018 (-0,03°C). La courbe est descendante par rapport aux dernières années (cf. graphique).

 

Une autre hypothèse pour expliquer la hausse des températures

par Prof. Dr. Paul Berth

Comme tout le monde le sait, pour expliquer la légère hausse des températures de l’atmosphère observée au 20e siècle, le GIEC invoque un seul responsable : le taux de CO2 atmosphérique, et donc l’activité humaine. Les médias, bien entendu, suivent le GIEC et le monde entier diabolise le CO2. Cependant, n’existe-t-il pas d’autres hypothèses? Les lecteurs attentifs de ce site (SCE) savent que l’hypothèse du GIEC est mise à mal par toute une série d’observations (voir par exemple ici, ici et ici) et que certains problèmes théoriques existent dans la théorie même de l’effet de serre (voir ici et ici). Quelle est donc l’explication pour le réchauffement si ce n’est pas le taux de CO2? Bien qu’il y ait probablement des causes multiples, nous allons voir qu’une équipe de chercheurs du CERN propose une hypothèse alternative en se basant sur les résultats du projet CLOUD. Une vidéo récente (octobre 2018) présentant les résultats de cette expérience sera d’ailleurs présentée en fin d’article. Avant de regarder cette vidéo, faisons d’abord le point. Continuer la lecture de Une autre hypothèse pour expliquer la hausse des températures

‘Température moyenne globale’ pour novembre 2018

Le site SCE publie chaque mois l’ ‘update’ de la ‘température moyenne globale’ établie officiellement à partir des données satellitaires UAH. Les données de base et des informations complémentaires sont accessibles sur le site de Roy W. Spencer.

Peu de variation en novembre 2018

L’écart de température pour novembre 2018 est de 0,28°C, soit un écart un peu plus élevé que celui d’octobre 2018 (+0,06 °C). L’évolution de la température est de +0,13°C/décade de janvier 1979 à octobre 2018.

 

‘Température moyenne globale’ pour octobre 2018

Le site SCE publie chaque mois l’ ‘update’ de la ‘température moyenne  globale’  établie officiellement à partir des données satellitaires UAH. Les données de base et des informations complémentaires sont accessibles sur le site  de Roy W. Spencer.

Peu de variation en octobre 2018

L’écart de température pour octobre 2018 est de 0,22°C, soit un écart  un peu plus élevé que celui de septembre 2018 (+0,14 °C). L’évolution de  la température  est  de +0,13°C/décade de janvier 1979 à octobre 2018.

 

 

 

‘Température moyenne globale’ pour septembre 2018

 

Le site SCE mettra chaque mois la mise au point  ou ‘update’ de la ‘température moyenne  globale’  établie officiellement à partir des données satellitaires UAH. Les données de base et des informations complémentaires sont accessibles sur le site  de Roy W. Spencer.

Le mois de septembre 2018 a été le mois de septembre le plus froid depuis 10 ans.

Rapport 2017 de la Global Warming Policy Foundation

Par Prof. Dr. Paul Berth

Un nouveau rapport de la GWPF (Global Warming Policy Foundation), daté du 27 mars 2018, vient de sortir : State of the Climate 2017. Il est écrit par Ole Humlum, Professeur Emérite de l’université d’Oslo et spécialisé en géomorphologie glaciaire. Ce rapport montre clairement que le réchauffement global observé ces quelques dernières années est simplement dû au phénomène naturel El Nino, plutôt qu’à l’effet de l’homme.

Continuer la lecture de Rapport 2017 de la Global Warming Policy Foundation