SCE a cinq ans et une nouvelle rubrique (SCE.pdf)

Cela fait 5 ans que SCE s’est lancé dans l’aventure du climat et de ses à-côtés, dont les politiques de l’énergie. Face à l’emballement médiatique concernant le climat, un ensemble de scientifiques, principalement des professeurs d’université, a décidé en 2018 que non seulement la science n’est pas dite comme beaucoup le prétendaient, mais surtout qu’il y avait, et qu’il y a toujours, une grande part de manipulations des données avec des interprétations ou extrapolations qui n’ont pas lieu d’être. Ce triste constat n’a fait que s’amplifier au point que la jeunesse en est devenue éco-anxieuse à un point inimaginable il y a 5 ans. SCE s’inscrit en faux devant cette dérive ou hystérie climatique et tente d’apporter une réflexion critique argumentée sur ce que de nombreux acteurs scientifiques, médiatiques et politiques rapportent. Pour SCE la climatologie reste une science particulièrement complexe, jeune, mal comprise avec de trop nombreuses incertitudes, et les porte-parole de la science officielle sont peu crédibles, ayant mis la charrue avant les bœufs, en décrétant notamment l’absence de rôle des phénomènes naturels dans le réchauffement actuel. Pas besoin de faire un dessin, il suffit d’ouvrir n’importe quel média pour entendre parler  du ‘bouton anthropique’ du CO2 qui règle tout et est la source de tous nos maux.

SCE n’ a jamais nié le faible réchauffement actuel, mais bien son origine et ses articles n’ont eu cesse d’apporter des preuves mettant en avant le rôle primordial des phénomènes naturels. Bien entendu le ‘fin mot’ de cette histoire n’est pas connu, mais n’est-ce pas l’apanage des scientifiques que d’explorer toutes les pistes. C’en est même un devoir à partir du constat que le COanthropique’ n’a pas grand-chose à voir avec le réchauffement actuel, ni même le COnaturel dans les temps passés, historiques et géologiques. Tout cela se trouve dans les 250 à 300 articles publiés par SCE depuis 5 ans.

Pour marquer cet anniversaire nous avons décidé de créer des documents (pdf) reprenant les différents thèmes abordés par SCE au cours des 5 années passées. Ils seront progressivement mis sur le site et nous avons créé une nouvelle rubrique, intitulée SCE.pdf, sur notre page d’accueil. Nous plaçons déjà quatre de ces documents thématiques (Le cycle du carbone, Le concept de Température Globale, Ce que nous apprend le passé, Catastrophes naturelles et événements extrêmes). Cela permettra à tout un chacun d’avoir sous la main tous les articles sur un sujet, plutôt que d’aller les chercher sur le site où ils sont éparpillés suivant leur date de publication. Nous espérons qu’ils seront utiles à tous et bien diffusés.

Merci à tous les auteurs et lecteurs qui ont contribué à défendre par leurs contributions une analyse critique et argumentée sur un sujet très complexe.

SCE ne détient aucune vérité, sauf celle que le consensus n’a pas lieu d’être en science, et que seuls les faits sont à considérer.

Le carbo-réductionnisme est un mensonge qui doit cesser

par Drieu Godefridi
PhD, Sorbonne.

Depuis 1992 et le sommet de la Terre à Rio, l’Occident vit au rythme d’une ‘urgence climatique’ toujours renouvelée, jamais réalisée. Depuis 1992, l’Occident — le seul Occident — se fixe pour objectif principal, métaphysique, quasiment ontologique, la réduction des émissions de CO2 (et autres gaz à effet de serre, qui seront sous-entendus dans la suite de cet article).

Continuer la lecture de Le carbo-réductionnisme est un mensonge qui doit cesser

Soleil, température et CO2 (version complète)

Roland Van den Broek, Ingénieur civil
Henri Masson, Professeur (émérite) à l’Université Antwerpen

SCE a publié il y a un an (mars 2022)  l’article de MM. Van den Broek et Masson, intitulé Soleil, température et CO2Comme annoncé dans cette publication, une étude complète était programmée en vue d’approfondir le sujet. C’est cette étude (‘version complète’ de l’article de mars 2022) que SCE publie aujourd’hui. Elle est accessible à partir du lien suivant : Soleil, température et CO2 , version complète).

Résumé

Ce document montre qu’un modèle très simple permet d’expliquer avec une excellente corrélation les anomalies des températures océaniques depuis 1850 jusqu’à nos jours, en se basant uniquement sur le rayonnement solaire et un terme harmonique éventuel. Ce modèle optimise l’approche de (Stockwell 2011) et utilise un concept d’inertie thermique décrit par (Abdussamatov 2013). Il produit une reconstruction vraisemblable de la sortie du petit âge glaciaire, et une simulation de projection sur base des données disponibles en l’an 2000 fournit de bons résultats.

Il montre également que la température océanique annuelle moyennée par latitude est le reflet du rayonnement solaire annuel incident par latitude. Il en résulte que bien qu’étant une grandeur intensive qui n’a en principe qu’une signification thermodynamique locale, la température locale peut être moyennée spatialement pour en dériver une température ou une anomalie de température globale.

Il décrit également un autre modèle, basé sur la loi de Henry et la relation de van ’t Hoff, qui révèle que la concentration naturelle en CO2 atmosphérique, estimée selon trois approches différentes, dépend de la température. La relation trouvée entre la température et la concentration naturelle en CO2 atmosphérique est analogue à la formule de (Myhre et al. 1998) utilisée en sens contraire par le GIEC. L’accord entre la théorie et les observations est excellent lorsqu’on utilise une constante de temps de résidence du CO2 d’environ 15 ans, qui correspond précisément à celle qui a été observée après l’arrêt des essais thermonucléaires atmosphériques au début des années 1960.

Ces deux modèles ont été validés par des tests de causalité statistique.

De plus, l’examen de la corrélation croisée entre la concentration de CO2atmosphérique et l’anomalie de température montre que les variations de température précèdent celles du CO2 d’environ 8 mois. Dans ces conditions, le CO2 ne peut-être la cause de la température. Nous obtenons des résultats analogues à ceux mentionnés dans (Humlum, Stordahl, et Solheim 2013).

Ces analyses sont tout à fait à l’opposé des thèses du GIEC. Elles permettent de considérer que le climat évolue de manière entièrement naturelle sous la seule influence de l’activité solaire combinée à un effet intégrateur des océans, qui peut amplifier, avec un certain retard l’effet de faibles variations d’irradiance solaire, pour peu qu’elles perdurent assez longtemps.

Pour la suite

Soleil, température et CO2, version complète

Le délitement de la démocratie qui mine la France

par J.P. Schaeken Willemaers Institut Thomas More ex membre comité direction Engie Tractebel EG, paru dans Atlantico, 27 mars 2023

Une réflexion sur la démocratie, en particulier occidentale, implique de s’interroger sur l’évolution de la société et l’impact de celle-ci sur les valeurs démocratiques.

Continuer la lecture de Le délitement de la démocratie qui mine la France

Transition technologique accélérée et risque de verrouillages pernicieux

Samuel Furfari, Université Libre de Bruxelles
Ernest Mund, FNRS et Université Catholique de Louvain

Résumé

De nombreux dirigeants politiques dans le monde veulent éliminer les combustibles fossiles comme sources d’énergie primaire et les remplacer à un horizon de quelques décennies par des sources de trace carbone minimale, pour faire face aux menaces pesant sur le climat. La réussite d’une telle démarche doit tenir compte de mécanismes inhérents aux transitions de technologie, difficiles à maîtriser. Ces transitions nécessitent du temps. Les précipiter peut conduire à des résultats éloignés d’un optimum, la conquête progressive du marché par des solutions très performantes pouvant être bloquée par des choix de qualité moindre, un phénomène désigné sous le nom de ‘verrouillage’. L’analyse faite dans ce travail est axée sur la production d’électricité sans trace carbone pour laquelle tout semble indique qu’une situation de ce type pourrait se présenter.

Mots-clés : Transition énergétique, Facteur temps, Verrouillages technologiques

Continuer la lecture de Transition technologique accélérée et risque de verrouillages pernicieux

‘Température moyenne globale’ et Etendue de la glace arctique : actualisation mars 2023

Le site SCE met chaque mois la mise au point ou ‘update’ de la ‘température moyenne globale’ établie officiellement à partir des données satellitaires UAH. Les données de base et des informations complémentaires sont accessibles sur le site de Roy W. Spencer.

L’écart de température pour le mois de mars 2023 est de +0,12 °C par rapport à février 2023. L’évolution de la température est de +0,13°C/décade depuis janvier 1979, soit 0,01°C/an.

SCE a déjà discuté le non sens d’une ‘température moyenne globale’ (ici, ici et ici).

Continuer la lecture de ‘Température moyenne globale’ et Etendue de la glace arctique : actualisation mars 2023

Mathématiquement, le GIEC a tout faux !

par Henri Masson, Professeur (émérite) à l’Université Antwerpen

Cet article reprend dans une large mesure, une partie de la présentation faite par l’auteur lors de la 12eme conférence annuelle EIKE (Munich 2018). Mais le texte encadrant les diapos PowerPoint de la présentation est inédit, tout comme ce qui constitue le cœur de cette étude : l’analyse des résidus d’ajustement des données Hadcrut 5.0.1.0 par une somme de sinusoïdes ou une droite de régression linéaire.

Continuer la lecture de Mathématiquement, le GIEC a tout faux !

Dérivée du CO2 et anomalie de température

par Roland Van den Broek, Ingénieur Civil

Plusieurs auteurs ont trouvé une corrélation entre la dérivée du CO2 par rapport au temps et l’anomalie de température. Par exemple Wang 2019Hocker 2020Shiers 2014. Cette dernière analyse a été récemment mise à jour: Clutz 2023. Sur le site de science-climat-énergie, en décembre 2022, JC Maurin a décrit des résultats analogues dans son analyse de l’influence de la «température» sur la vitesse de croissance du CO2 atmosphérique. Voir Maurin 2022. L’analyse de Hocker a été réfutée sur skepticalscience, mais avec une argumentation peu convaincante.

Cette modélisation produit des résultats incohérents. A température constante, le CO2 peut augmenter ou diminuer indéfiniment.

Si l’on effectue ce genre d’analyse avec une longue série de température dont la droite de tendance a une pente constante dans le temps, on obtient une évolution quasi-parabolique du CO2 en fonction du temps qui ne dépend pas de la pente de la droite de tendance de la série de température. On peut par exemple reconstituer la même évolution du CO2 avec deux relevés de température ayant des tendances linéaires complètement différentes. Si l’on remonte dans le passé, le CO2 diminue avant de remonter indéfiniment, quelle que soit la pente de la droite de température, qu’elle soit positive ou négative.

En réalité, cette modélisation est une corrélation fallacieuse dans laquelle la dérivée du CO2 ne dépend pas de la température mais du temps. Il n’y a donc aucun modèle physique sous-jacent, il ne s’agit que d’une corrélation temporelle.

La suite de l’article est consultable ici  https://qblog-rcli.netlify.app/posts/derivee-co2-temp/

‘Température moyenne globale’ et Etendue de la glace arctique : actualisation février 2023

Le site SCE met chaque mois la mise au point ou ‘update’ de la ‘température moyenne globale’ établie officiellement à partir des données satellitaires UAH. Les données de base et des informations complémentaires sont accessibles sur le site de Roy W. Spencer.

L’écart de température pour le mois de février 2023 est de +0,12 °C par rapport à janvier 2023. L’évolution de la température est de +0,13°C/décade depuis janvier 1979, soit 0,01°C/an.

SCE a déjà discuté le non sens d’une ‘température moyenne globale’ (ici, ici et ici).
Continuer la lecture de ‘Température moyenne globale’ et Etendue de la glace arctique : actualisation février 2023

Désastres naturels 2022, rien de nouveau sous le soleil

par Ludwik Budyn, Licencié en Sciences Chimiques, Université Libre de Bruxelles

Aucun signe, en 2022, du déferlement de désastres naturels annoncé régulièrement dans les discours publics et les colonnes des médias.

Il est vrai que la prévision est un art difficile, surtout lorsqu’elle concerne l’avenir.

Heureusement, faute de catastrophes, on peut toujours compter sur nos habituels envoyés spéciaux pour jouer les prophètes de malheur. Avec, cette fois, des rôles à contre-emploi.

Ainsi, le toujours désopilant secrétaire général de l’ONU, pourtant socialiste, qui nous menace d’un « enfer climatique » d’ici dix ans :

« Nous sommes sur une autoroute vers l’enfer climatique avec le pied toujours sur l’accélérateur…   L’humanité a le choix : coopérer ou périr. C’est soit un pacte de solidarité climatique, soit un pacte de suicide collectif. Dans le même temps, nous devons reconnaître une dure vérité : il n’y a pas d’adaptation possible à un nombre croissant d’événements catastrophiques causant d’énormes souffrances dans le monde. Les effets mortels du changement climatique sont là et maintenant. La lutte mondiale contre le changement climatique sera gagnée ou perdue au cours de cette décennie cruciale [1]».

Continuer la lecture de Désastres naturels 2022, rien de nouveau sous le soleil

Les tribulations de l’industrie européenne

Jean-Pierre Schaeken Willemaers, Institut Thomas More 
Président du pôle Énergie, Climat, Environnement

Ces dernières décennies, les décideurs politiques européens ont sous-estimé l’importance de l’industrie manufacturière. Ce n’est que depuis quelques années qu’ils se sont rendus à l’évidence que sans une industrie florissante, l’Union européenne (UE) risque de devenir une puissance secondaire, laissant le champ libre aux superpuissances que sont les États-Unis et la Chine.

L’UE et ses États membres se sont focalisés  sur la politique climatique, mobilisant des moyens financiers et humains énormes diminuant d’autant les ressources nécessaires au développement de son industrie et fragilisant la sécurité d’approvisionnement énergétique. La priorité absolue de « sauver la planète »  est très largement diffusée par nombre de médias européens et en particulier, par la télévision qui s’y réfère quotidiennement dans ses actualités, publicités, débats et interviews.

L’avalanche de ces messages quasi identiques et sans cesse répétés est-elle un signe précurseur de l’imposition d’une pensée unique ?

Continuer la lecture de Les tribulations de l’industrie européenne

Pourquoi l’effet du CO2 sur le climat est exclu par la physique

Jean Van Vliet , Master en Sciences et Master et Engineering, directeur retraité

INTRODUCTION

Cette présentation (pdf) est une version complètement revue et élargie « v2 » d’un article au titre identique qui avait été publié sur SCE en décembre 2020. Cet article, ainsi qu’un article concomitant du Professeur Georges Geuskens, avait suscité un nombre très important de commentaires et de questions, montrant combien la question du lien encore hypothétique entre teneur de l’atmosphère en CO2 et climat reste une question ouverte, quoiqu’en disent les plus éminents représentants de l’ONU quand ils affirment « détenir la Science » (sic) et avoir ainsi le monopole de la Vérité. 

Cette nouvelle version est organisée en 4 parties:

  1. la description succincte de quelques concepts élémentaires, dont celui de l’effet de serre ;
  2. une présentation nécessairement simplifiée, mais aussi objective que possible de la théorie (contenue dans les milliers de pages des rapports AR5 et AR6 du WG1 du GIEC)  sur laquelle ce dernier prétend l’existence d’un « consensus » ;
  3. une analyse très synthétique de 3 phénomènes naturels influençant les températures de la troposphère, à savoir le transfert de chaleur vertical dans l’atmosphère, l’énergie corpusculaire en provenance du Soleil et l’inertie thermique des océans et des glaces permanentes.
  4. une discussion du contenu et enfin des conclusions relatives aussi bien à notre environnement qu’à notre mode de vie.

Une des questions qui restent sans réponse est celle de la raison pour laquelle un débat ouvert sur le rôle du CO2 sur le climat n’est apparemment pas possible au sein de la communauté scientifique belge. Un tel débat est pourtant absolument indispensable au moment où les gouvernements mettent en place des politiques coercitives au nom d’une transition énergétique à marche forcée socialement et économiquement irresponsable : les objectifs de l’UE en 2030 et 2050 reviennent en effet à ramener les émissions de la Belgique aux niveaux respectifs de 1900 et 1850, pour une population qui aura triplé depuis.

CO2 atmosphérique (3/3)

Influence des zones chaudes océaniques

par JC Maurin, Professeur agrégé de physique

La partie 1/3 de l’article a présenté la légère différence de concentration du CO2 atmosphérique entre hémisphères Nord et Sud. La partie 2/3, à partir d’une corrélation entre 1980 et 2020 et en exploitant les données de concentration de 13 observatoires, a proposé une relation empirique reliant vitesse de croissance globale du CO2 dans l’atmosphère [1] et ‘température’ (anomalie de température UAH) [2].

Cette partie 3/3 décrit brièvement deux des interprétations possibles pour cette corrélation. Un éclairage partiel est apporté grâce aux données de concentration disponibles pour la vaste zone chaude océanique « West Pacific Warm Pool ».

Continuer la lecture de CO2 atmosphérique (3/3)

‘Température moyenne globale’ et Etendue de la glace arctique : actualisation janvier 2023

Le site SCE met chaque mois la mise au point ou ‘update’ de la ‘température moyenne globale’ établie officiellement à partir des données satellitaires UAH. Les données de base et des informations complémentaires sont accessibles sur le site de Roy W. Spencer.

L’écart de température pour le mois de janvier 2023 est de -0,09 °C par rapport à décembre 2022 . L’évolution de la température est de +0,13°C/décade depuis janvier 1979, soit 0,01°C/an.

SCE a déjà discuté le non sens d’une ‘température moyenne globale’ (ici, ici et ici).
Continuer la lecture de ‘Température moyenne globale’ et Etendue de la glace arctique : actualisation janvier 2023

Les mutations de la mondialisation

Jean-Pierre Schaeken Willemaers, Institut Thomas More ,
Président du pôle Énergie, Climat, Environnement
paru dans Trends_le Vif le 4/01/2023

Après trente années de mondialisation croissante, les crises successives (financière, sanitaire et la guerre en Ukraine) ont bouleversé l’économie mondiale et provoqué un repli sur soi. Le protectionnisme n’est plus un gros mot.
La sécurité énergétique s’impose comme une priorité des gouvernements, en particulier, européens. Ce n’est, d’ailleurs, pas la seule préoccupation : l’approvisionnement en matières premières et en denrées alimentaires est devenu un souci quotidien.

Visite du chancelier allemand Olaf Scholz à Pékin, début novembre. © AFP
Continuer la lecture de Les mutations de la mondialisation

SCE-Info : mieux vaut s’informer ! (2/2)

Registered Open New Year’s Letter to the UN Secretary-General António Guterres
Amsterdam, January 2, 2023 Professor Guus Berkhout
office@clintel.org

Partie 1/2 ici

Version française ici

Your Excellency,

You have announced a Climate Ambition Summit in September 2023. For this Summit you make the usual plea for an extra effort to reduce greenhouse gas (GHG) emissions. More specific, you say: “There will be no room for back-sliders, green-washers, blame-shifters, …….” These are big words, but are you aware that:

Continuer la lecture de SCE-Info : mieux vaut s’informer ! (2/2)

« Le nombre total des catastrophes est stable depuis les deux dernières décennies » déclare une organisation internationale

par Ludwik Budyn, Licencié en Sciences Chimiques, Université Libre de Bruxelles

Le 5 mai 2021, l’IFRC (International Federation of Red Cross) a publié un long rapport intitulé :

« Rapport sur les catastrophes dans le monde 2020 – Contre Marées et Chaleurs [1]»

On y trouve le graphique et le commentaire suivants :

« Le nombre des phénomènes météorologiques et climatiques extrêmes déclenchés par des aléas naturels augmente depuis les années 1960 et a progressé de presque 35 % depuis les années 1990 (voir figure 1.1)… Même quand le nombre total des catastrophes s’est stabilisé au cours des deux dernières décennies [2]» !

Continuer la lecture de « Le nombre total des catastrophes est stable depuis les deux dernières décennies » déclare une organisation internationale

‘Température moyenne globale’ et Etendue de la glace arctique : actualisation décembre 2022

Le site SCE met chaque mois la mise au point ou ‘update’ de la ‘température moyenne globale’ établie officiellement à partir des données satellitaires UAH. Les données de base et des informations complémentaires sont accessibles sur le site de Roy W. Spencer.

L’écart de température pour le mois de décembre 2022 est de -0,12 °C par rapport novembre 2022. L’évolution de la température est de +0,13°C/décade depuis janvier 1979, soit 0,01°C/an.

SCE a déjà discuté le non sens d’une ‘température moyenne globale’ (ici, ici et ici).
Continuer la lecture de ‘Température moyenne globale’ et Etendue de la glace arctique : actualisation décembre 2022

CO2 atmosphérique (2/3)

Influence de la « température » sur la vitesse de croissance

par J.C. Maurin, professeur agrégé de physique

Les mesures modernes de la concentration du CO2 dans l’atmosphère démarrent au pôle Sud en 1957. Depuis cette date, on observe une croissance de la concentration et la vitesse de cette croissance semble liée/corrélée à la « température » (indicateurs UAH ou RSS). Cette vitesse de croissance est-elle secondairement influencée par la latitude de l’observatoire?

En utilisant les données de concentration mesurées dans 13 observatoires [1], on compare la vitesse de croissance lors d’une année froide et lors d’une année chaude. On déduit, grâce à ces 2 séquences transitoires, une relation approchée empirique reliant la croissance annuelle globale (vitesse de croissance) et l’indicateur global de température UAH [2].

Pour la première partie de cet article cliquez ici.

Continuer la lecture de CO2 atmosphérique (2/3)

“Is a good sketch better than a long speech?”

Small reasoning applied to a media content on COP27

by Christian Seyve

On November 7, 2022, I suddenly felt very interested in a map published by « The Great Continent » (Ref. 1, Fig. 1). This was the centerpiece of a paper entitled: What’s at stake at the COP27? I was instantly struck by the message transmitted by this image. 

It represented on a world map, the participation of the government’s representatives, in the opening ceremony of the conference. It showcased the involvement of these countries, in finding solutions to climate challenges. But for me, it also brought to light another reality: that a majority of representatives of the world states chose not to take part in COP27! 

I did not guess at that time, that it was a harbinger of the disappointing results, obtained two weeks later…The purpose of this note is to analyze, then to complement this image, and to try to answer to the questions it raises.

Continuer la lecture de “Is a good sketch better than a long speech?”

Les aléas de la transition électrique européenne

Jean-Pierre Schaeken Willemaers, Institut Thomas More ,
Président du pôle Énergie, Climat, Environnement
paru dans Trends_le Vif le 6/12/2022

Cette brève analyse se propose de montrer comment la production et les réseaux de transmission électriques sont fragilisées par la conception du système électrique adoptée par l’Union européenne.

Continuer la lecture de Les aléas de la transition électrique européenne

‘Température moyenne globale’ et Etendue de la glace arctique : actualisation novembre 2022

Le site SCE met chaque mois la mise au point ou ‘update’ de la ‘température moyenne globale’ établie officiellement à partir des données satellitaires UAH. Les données de base et des informations complémentaires sont accessibles sur le site de Roy W. Spencer.

L’écart de température pour le mois de novembre 2022 est de -0,15 °C par rapport à octobre 2022. L’évolution de la température est de +0,13°C/décade depuis janvier 1979, soit 0,01°C/an.

SCE a déjà discuté le non sens d’une ‘température moyenne globale’ (ici, ici et ici).
Continuer la lecture de ‘Température moyenne globale’ et Etendue de la glace arctique : actualisation novembre 2022

Nouvel article dans la rubrique ‘Opinions’

Les prophètes de malheur du climat

Depuis une cinquantaine d’années, des inquiétudes se sont faites jour dans certaines hautes sphères du pouvoir dans le monde quant à la disponibilité future des ressources naturelles, notamment des ressources énergétiques. L’accroissement continu incontrôlé de la démographie et de la consommation avait amené le « Club de Rome », dès 1972, à pronostiquer l’effondrement des sociétés humaines pour 2010-2020.

Ces sombres prévisions se sont révélées fausses mais un mouvement doctrinal était lancé; celui de la décroissance inéluctable ou de l’impérieuse nécessité de promouvoir pour l’avenir un processus de « développement soutenable » (Gro Harlem Brundtland, première ministre de Norvège, 1987), appelé « durable » de nos jours. L’intention est en parallèle de faire face à l’explosion démographique et de contenir l’aspiration des populations des pays peu développés à accéder au mode de vie occidental dispendieux, …tout en prétendant se préoccuper de leur développement.

 Les populations sont néanmoins particulièrement peu réceptives aux concepts de restriction de leur mode de vie, principalement dans les pays développés, royaumes de la consommation populaire et plus grands utilisateurs d’énergie. Energie issue des ressources fossiles, si pratiques à utiliser comme surtout les fluides que sont le pétrole et le gaz naturel.

Lire la suite.

CO2 atmosphérique (1/3)

Influence de la latitude sur la concentration

par J.C. Maurin, professeur agrégé de physique

Pour information: cet article (1/3) est suivi de deux autres parties sur le même thème (2/3 et 3/3) publiées respectivement en novembre et décembre 2022.

Partie 1/3 ci-dessous

Les mesures en continu de la concentration du CO2 dans l’atmosphère démarrent en 1957 au pôle Sud, puis en 1958 à Mauna Loa. La concentration dans l’atmosphère est déduite par la différence d’absorption IR (infra-rouges) avec un étalon (précision ≈ ± 0,05%) [1]. L’agence américaine d’observation océan/atmosphère (NOAA/ESRL) dispose désormais de données de concentration issues de plus de 150 observatoires, dont quelques dizaines de séries presque complètes sur plusieurs décennies [2].

Grâce aux mesures satellitaires, on dispose également, depuis ≈ 1980, d’indicateurs globaux (RSS et UAH) [3] pour la « température » (température de brillance déduite de la luminance via satellite, précision < 0,1%). Ces observations modernes entre 1980 et 2020, vont permettre d’explorer les influences que peuvent avoir latitude et « température » sur le CO2 atmosphérique (concentration et vitesse de croissance).

Cet article comportera 3 parties :

– Avec les données de 13 observatoires, cette première partie 1/3 étudie prioritairement l’influence de la latitude sur la concentration notée [CO2].

– Avec les mêmes données, la deuxième partie 2/3 examinera principalement l’influence de la « température » sur la vitesse de croissance notée d[CO2]/dt.

– La dernière partie 3/3 discutera des interprétations possibles, puis traitera de l’influence des zones chaudes océaniques.

Continuer la lecture de CO2 atmosphérique (1/3)

SCE-info : Mieux vaut s’informer! (1/2)

partie 2/2, janvier 2023

À propos du récent communiqué de l’Organisation météorologique mondiale

7 novembre 2022 / Association des climato-réalistes

Le 6 novembre, l’Organisation météorologique mondiale (OMM) a publié un communiqué de presse intitulé « Les huit années les plus chaudes jamais enregistrées témoignent d’une recrudescence des impacts du changement climatique ». Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU, a aussitôt renchéri déclarant dans un message vidéo diffusé à Charm el-Cheikh, que « nous sommes sur l’autoroute vers l’enfer climatique».

L’image est ajoutée par SCE au texte de l’Association des climato-réalistes

L’Association des Climato-réalistes rappelle que :

  • depuis janvier 1979, année origine des relevés par satellites et des ballons-sondes, la tendance linéaire au réchauffement s’établit à +0,13° par décennie. De plus entre l’année 2015 et l’année 2022, soit pendant les 8 dernières années, les températures globales ont marqué un palier, voire une très légère diminution ;
  • depuis l’origine des mesures, le niveau de la mer augmente au rythme d’environ 2 à 2,5 mm par an, sans signe d’accélération durant ces dernières années ;
  • depuis 1999, le nombre des catastrophes naturelles tenue à jour par l’organisme EMDAT, montre une parfaite stabilité. Le nombre de décès dû à ces catastrophes est en nette diminution.

Ces données qui ont fait l’objet d’un article récemment publié par notre association sont vérifiables.

Le seul véritable « emballement » est donc médiatique et politique. Un matraquage incessant qui a commencé à produire des effets néfastes notamment chez les jeunes générations.